Journées du patrimoine à Dijon : nos coups de coeur !

16 septembre 2017
Par journal1
Après les fouilles archéologiques préventives de 2016, qui avaient révélé les vestiges du Faubourg Raines, l'Inrap poursuit les recherches en amont de l'aménagement de la Cité internationale de la gastronomie et du vin (projet initié par Dijon Métropole et réalisé par Eiffage).  La deuxième phase des fouilles a débuté le 21 août dernier et aura lieu jusqu'au mois d'octobre. Situé dans la cour Berrier, le chantier devrait permettre aux archéologues de mettre au jour les vestiges de l'ancien hôpital général, et notamment de la salle des malades.   
 
Après les fouilles archéologiques préventives de 2016, qui avaient révélé les vestiges du Faubourg Raines, l'Inrap poursuit les recherches en amont de l'aménagement de la Cité internationale de la gastronomie et du vin (projet initié par Dijon Métropole et réalisé par Eiffage).  La deuxième phase des fouilles a débuté le 21 août dernier et aura lieu jusqu'au mois d'octobre. Situé dans la cour Berrier, le chantier devrait permettre aux archéologues de mettre au jour les vestiges de l'ancien hôpital général, et notamment de la salle des malades.

L'Institut national de recherches archéologiques préventives mène, sur prescription de l'Etat (DRAC Bourgogne-Franche-Comté), une campagne de fouilles archéologiques préventives à l'emplacement de l'ancien hôpital général. Réalisées en amont des travaux d'aménagement de la future cité internationale de la gastronomie et du vin (projet initié par Dijon métropole et réalisé par Eiffage), elles sont à ce titre intégrées au calendrier du projet. Ces recherches ont pour objectif de connaître le passé de ce faubourg du Moyen ?ge au XIXe siècle, au regard de l'évolution du système défensif, des aménagements successifs de l'hôpital et des rivières Ouche et Raines. Elles permettront également de mieux connaître les populations qui ont vécu et travaillé dans le faubourg. 

La 1ère phase, réalisée à l'automne 2016, a révélé une partie du faubourg Raines, situé à l'extérieur des fortifications aujourd'hui détruites. D'août à octobre 2017, la deuxième phase, qui a démarré lundi 21 août, va permettre aux archéologues de mettre au jour les vestiges de l'ancien hôpital.

 

De l'hôpital du Saint-Esprit à l'hôpital général de Dijon


La zone actuellement fouillée semble ne pas avoir été occupée durant la période antique en raison de fréquentes inondations de l'Ouche et du Raines. Le quartier commence à être investi à partir du XIIe siècle, notamment avec la construction des premières fortifications puis la fondation de l'hôpital du Saint-Esprit en 1204. Ce dernier est construit sur une île située immédiatement à proximité du pont qui enjambe l'Ouche. Erigé à l'initiative du duc de Bourgogne, il a pour fonction première l'accueil des enfants abandonnés et des pèlerins. Deux autres institutions hospitalières le rejoignent au XVIIe siècle : l'hospice Sainte-Anne et l'hôpital Notre-Dame de la Charité.

Dans les années 1680, suite à la réforme hospitalière, ces trois structures sont réunies sous le nom d'hôpital général. Le diagnostic archéologique mené en 2013 a permis d'identifier une partie de la salle des malades et « la cour des fous ». L'étude de l'hôpital de Dijon est très prometteuse car il témoigne de plus de 810 ans d'histoire hospitalière. La fouille actuelle porte sur le c?ur même de l'hôpital du Saint-Esprit, où ont été repérés, lors du diagnostic de 2013, la salle des malades, une cour à proximité de l'hôtel du commandeur de l'hôpital ainsi qu'un complexe hydraulique unissant canalisation pluviale, citerne et un puits encore en eau.

Infos pratiques : 

Journées portes ouvertes, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine
Samedi 16 septembre de 14h à 18h
Dimanche 17 septembre de 10h à 12h et de 14h à 18h (dernier départ à 17h30)
Entrée libre, dans la limite des places disponibles. 
Adresse : 2, rue de l'Hôpital - 21000 DIJON - Station de tramway Monge (ligne T2)