Les élus EELV réagissent à la fin des contrats aidés

08 septembre 2017
Par journal1
  Les élus EELV de l'agglomération dijonnaise réagissent à propos de la fin des contrats aidés.

Les élus EELV de l'agglomération dijonnaise réagissent à propos de la fin des contrats aidés.

"L'annonce brutale de la disparition des emplois aidés, en période de pause estivale, est une très mauvaise nouvelle pour l'insertion des demandeurs d'emploi les plus fragiles, pour les personnes en situation de handicap, pour le service public, le secteur associatif et celui de l'économie sociale et solidaire.


C'est ainsi que des milliers personnes se retrouvent du jour au lendemain sans travail, et que de nombreuses associations ?uvrant pour l'action sociale, la solidarité, l'environnement et la culture, le sport n'auront très rapidement plus les moyens d'agir et d'assurer leur mission d'intérêt général.


Le gouvernement met aussi à mal les collectivités locales qui emploient des personnes en contrats aidés pour compléter leurs équipes et répondre au mieux aux besoins de leurs administrés. Ces personnes assurent des missions de services publics comme les activités périscolaires, le portage de repas, l'entretien des jardins publics et de l'espace public.


Ainsi, le gouvernement accentue la fragilisation du lien social alors que nous savons que nos concitoyens sont en demande de cohésion sociale et du renforcement de l'équilibre des territoires. Or, un emploi aidé nécessite un financement public de 7 000 à 11 000 ? par an et par emploi alors que les emplois créés ou sauvegardés par le biais du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) représentent des financements publics variant de 286 000 à 570 000 euros par emploi créé. Le coût en a été de 18,5 milliards d'euros entre 2013 et 2014 pour l'?tat.
Les personnes privées d'emploi sans qualification, les jeunes des quartiers, les seniors et les personnes en situation de handicap ne doivent pas devenir des variables d'ajustement des politiques de rigueur budgétaire, alors qu'elles doivent bénéficier de la solidarité et de la justice sociale selon les valeurs de la République.


C'est pourquoi, les élus écologistes de Dijon Métropole soutiennent le recours auprès du Conseil d'?tat initié par des élus EELV dont le maire de Grande Synthe Damien Carême, contre le gel des emplois aidés".

C-P