Depuis Dijon, Edouard Philippe confirme la fin (progressive) du RSI

05 septembre 2017
Par journal1
En déplacement à Dijon ce mardi matin, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé plusieurs mesures importantes dans le but de simplifier l'activité des travailleurs indépendants.

En déplacement à Dijon ce mardi matin, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé plusieurs mesures importantes dans le but de simplifier l'activité des travailleurs indépendants.

De nombreux travailleurs indépendants attendaient cette mesure. En déplacement à Dijon ce mardi matin, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé la disparition progressive en deux ans du Régime social des indépendants (RSI), à partir du 1er janvier 2018.

"Les indépendants n'auront plus à faire deux déclarations fiscale et sociale comme c'est le cas aujourd'hui", a confié le chef du gouvenerment à la Chambre de métiers et de l'Artisanat de Dijon. "Cette réforme devrait concerner enivron 4,6 millions de personnes pour la partie "assurance maladie" du RSI, 2 millions d'indépendants à la retraite et 2,8 millions de "cotisants"", a également ajouté Edouard Philippe. 

Autre annonce importante : l'exonération des cotisations sociales pour une nouvelle entreprise. Lors de sa première année, le travailleur indépendant ne payera tout simplement pas de cotisations sociales. "Une année blanche" selon le Premier minisitre. Il a également promis un "coup de pouce" de 200 millions d'euros via une baisse de cotisations supérieure à l'impact de la hausse à venir de la CSG.

 

On commence évidemment avec la venue d'Edouard Philippe à Dijon. Le premier ministre a annoncé plusieurs mesures importantes dans le but de simplifier l'activité des travailleurs indépendants.

Et c'est confirmé. Le Régime social des indépendants le RSI sera bien supprimé à partir du 1er janvier 2018 avec une "phase transitoire" de deux ans.

Autre annonce importante : l'exonération des cotisations sociales pour une nouvelle entreprise. Lors de sa première année, le travailleur indépendant ne payera pas de cotisations sociales. « Une année blanche » selon Edouard Philippe.