Réforme des hôpitaux de jour : le CHU de Dijon tire la sonnette d'alarme

14 avril 2017
Par 45
Depuis le 1er mars, une nouvelle réforme de financement des frais médicaux en ambulatoire inquiètent les services d'hôpitaux de jour. Ce jeudi 13 avril, ceux de Dijon ont tiré la sonnette d'alarme : ont-ils fait des efforts de développement pour rien ?

Depuis le 1er mars, une nouvelle réforme de financement des frais médicaux en ambulatoire inquiètent les services d'hôpitaux de jour. Ce jeudi 13 avril, ceux de Dijon ont tiré la sonnette d'alarme : ont-ils fait des efforts de développement pour rien ?

Soutenus par la Fédération Hospitalière de France (FHF), les services d'hôpitaux de jour de Dijon se sont lancés ce jeudi dans un combat contre une réforme tarifaire appliquée depuis le 1er mars : cette dernière a retiré un certain nombre de prestations d'hôpitaux de jour de la liste des prises en charge complètes, considérées comme de "simples consultations externes" et donc moins bien remboursées par l'assurance maladie : les nouvelles prestations "intermédiaires". 

En bout de chaîne, les patients seront moins enclins à faire appel aux services de jour, jusqu'ici solution parfaite entre consultations externes et hospitalisation complète. Facturées moins cher, c'est aussi une perte de financement direct pour le CHU de Dijon : 5,5 millions d'euros en moins selon les prévisions (500 M en France).

« Le développement des alternatives aux hospitalisations, appelé plus communément « virage ambulatoire », est un objectif qui anime les hospitaliers depuis plusieurs années, en lien étroit avec les pouvoirs publics qui n'ont eu de cesse de multiplier les incitations, y compris financières.

Aujourd'hui, et alors que de nombreux établissements publics ont déployé des efforts importants pour valoriser leurs hôpitaux de jour, des inquiétudes sérieuses planent sur leur devenir, conséquence directe de la réforme du financement de ces structures actuellement mise en ?uvre par le ministère de la Santé et la Caisse nationale d'assurance maladie.

Avec la réforme en cours, c'est non seulement le devenir de l'hospitalisation de jour, lourdement impactée sur le plan financier, qui est en cause, mais également le mode de prise en charge des patients au sein de nos établissements. C'est la raison pour laquelle l'ensemble de la communauté hospitalière publique se mobilise depuis plusieurs jours pour demander le retrait de la réforme engagée et l'engagement de travaux permettant un réel soutien au développement de l'hospitalisation de jour » explique le CHU.

Yoann Olid