Agression d'un militant de Mélenchon à Chevigny : « un cap a été franchi »

11 avril 2017
Par 45
Vendredi dernier à Chevigny-Saint-Sauveur, un militant de la France Insoumise a été agressé alors qu'il collait des affiches. Dans un communiqué, la direction du parti de Jean-Luc Mélenchon dénonce un cap franchi dans une campagne pour la présidentielle qui bénéficie d'un climat inédit.

Vendredi dernier à Chevigny-Saint-Sauveur, un militant de la France Insoumise a été agressé alors qu'il collait des affiches. Dans un communiqué, la direction du parti de Jean-Luc Mélenchon dénonce un cap franchi dans une campagne pour la présidentielle qui bénéficie d'un climat inédit.

Selon le parti de la Franche Insoumise, un de ses membres a été agressé vendredi 7 avril, à proximité du supermarché Carrefour-Market de Chevigny-Saint-Sauveur, à l'Est de Dijon. ?gé de 64 ans, Patrick T. a été agressé en plein jour alors qu'il collait des affiches dans sa ville pour faire connaître au plus grand nombre le programme de Jean-Luc Mélenchon.

Après intervention de la police et d'un pharmacien qui lui a prodigué les premiers soins, l'homme s'en est sorti avec un ?il tuméfié et le nez cassé.

Dans un communiqué, les insoumis de Côte-d'Or ont fait part de leur colère face à cette agression :

« Cette élection ne ressemble à aucune autre. Le climat de tension qui naît de la décomposition de la Vème République est aggravé par les attitudes et les propos publics indignes de certain-es candidat-es ou de leurs porte-paroles qui propagent la défiance à l'égard des institutions de la République et qui font naître un sentiment d'impunité chez certains de leurs sympathisant-es. Dégradations de biens matériels, agressions verbales, insultes à caractère raciste ou homophobe et désormais agression physique.

Un cap a été franchi, et l'écho grandissant de la campagne de la France insoumise dans le pays n'y est pas étranger. Chaque jour qui passe renforce la conviction profonde qu'il est nécessaire de trouver une issue par les urnes pour répondre à la triple urgence démocratique, sociale et écologique. Plus que jamais, nous défendrons un avenir en commun !»

Cette position a été partagée par le représentant dijonnais du parti de la France Insoumise, Alexandre Emorin, qui assure que « la dynamique autour de la candidature de Jean-Luc Mélenchon fait perdre leurs nerfs à quelques-uns, et il serait temps pour eux de retrouver un esprit apaisé ».

Y.O.