Football : contre les Verts, le DFCO voit rouge

20 mars 2017
Par 45
Incapable d'emballer une rencontre bien terne, le DFCO s'est incliné à domicile ce dimanche après-midi 1-0 contre des Stéphanois opportunistes. Dijon reste à égalité de points avec Nancy, barragiste, avant la trêve internationale.

Incapable d'emballer une rencontre bien terne, le DFCO s'est incliné à domicile ce dimanche après-midi 1-0 contre des Stéphanois opportunistes. Dijon reste à égalité de points avec Nancy, barragiste, avant la trêve internationale.

Encore une occasion manquée pour le Dijon Football Côte-d'Or. Les Bourguignons avaient pourtant l'opportunité de prendre un peu d'air par rapport aux équipes à la lutte pour le maintien en Ligue 1 ce dimanche, après les défaites conjuguées des concurrents : Nancy, Bastia, Caen et Montpellier.

Pourtant, les DIjonnais ne semblent pas concernés pendant toute la première mi-temps de ce match à domicile contre Saint-?tienne, prétendant à l'Europe. C'est donc les Verts qui vont faire le "jeu" pendant 45 minutes, inquiétant à peine Baptiste Reynet. Seule réponse : une tête sur le poteau de Julio Tavares, et aucun tir cadré en rentrant au vestiaire. 

De son propre aveu, le coach dijonnais ne reconnaît pas son équipe en première mi-temps. En deuxième, Dall'Oglio fait donc rentrer Marvin Martin au détriment de Balmont pour tenter de relancer la machine. Malheureusement, le rythme de cette 30e journée de Ligue 1 à Gaston-Gérard reste bien morose, jusqu'à la 77e minute et un exploit personnel de Jordan Veretout. Le vert passe un à un les rouges et crucifie Reynet d'un pointu malicieux.  (0-1, 77e).

Dijon ne s'en remettra pas, même si Tavares aura le ballon de l'égalisation à la dernière minute, mais propulsera sa tête un poil au-dessus de la cage de Ruffier. Le DFCO concède sa 6e défaite depuis début février, soit 8 matchs de Ligue 1. Un rythme bien insuffisant pour espérer s'en sortir. Voilà Lorient (20e) et Bastia (19e) revenus à trois points des Dijonnais (17e) au coude à coude avec Nancy (18e). La course au maintien se resserre, et les Côte-d'Oriens auront désormais 15 jours pour expliquer pourquoi ils sont concernés.

Yoann Olid