Fin de la gratuité des transports scolaires : plusieurs associations montent au créneau

11 mars 2017
Par 45
Alors que la région Bourgogne-Franche-Comté récupérera la compétence des transports scolaires à la rentrée 2017 et que l'instauration de frais de dossiers  est possible, plusieurs associations côte-d'oriennes montent au créneau pour demander le maintien de la gratuité.

Alors que la région Bourgogne-Franche-Comté récupérera la compétence des transports scolaires à la rentrée 2017 et que l'instauration de frais de dossiers  est possible, plusieurs associations côte-d'oriennes montent au créneau pour demander le maintien de la gratuité.

En septembre prochain, les transports scolaires et les bus Transco, qui transportent chaque jour gratuitement des milliers d'élèves dans leur établissement de secteur,  passeront  dans l'escarcelle du Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté. Une transition entre le Conseil Départemental et la Région qui devrait être accompagnée d'un changement non négligeable : la Région conserverait la gratuité des trajets, mais pourrait facturer des frais de dossiers, afin d'éviter les inscriptions inutiles.

Une fin de la gratuité des transports scolaires qui a poussé le président du Conseil Départemental François Sauvadet à lancer cette semaine une pétition sur internet pour demander à la Région de revenir sur cette organisation (voir).

En fin de cette semaine, deux associations se sont mêlées à la lutte : Au Fil Des Réseaux et la CLCV de Côte-d'Or. La première, celles des utilisateurs du réseau DIVIA, propose dans un communiqué une alternative pour lutter contre les inscriptions émanant de personne dont les enfants n'empruntent finalement que très peu les autocars scolaires : «pénaliser financièrement les utilisateurs s'inscrivant au service de transport scolaire et ne l'utilisant pas.»

L'association de consommateur CLCV de Côte d'Or pour sa part, se demande «comment peut-on parler de relance de pouvoir d'achat et mettre fin à la gratuité des transports scolaires ?

Certes, des moyens de contrôle doivent être mis en place pour les inscriptions fantômes comme le souligne le vice-président Monsieur Neugnot, mais n'oublions pas les engagements pris par la région de maintenir la gratuité des transports scolaires. Nous invitons la région Bourgogne Franche-Comté à revenir sur une décision qui pourrait être lourde de conséquences pour les ménages les plus modestes

Yoann Olid