Présidentielle : les soutiens de Hamon passent à l'action en Côte-d'Or

09 mars 2017
Par 45
Après plusieurs semaines de silence, les soutiens de Benoît Hamon lancent enfin leur campagne en Côte-d'Or ce jeudi soir. ? Dijon, la fédération organise le premier d'une trentaine de rendez-vous politiques en 10 jours sur tout le département. Entretien avec Léo Lachambre, responsable des jeunes Hamonistes en Côte-d'Or.

Après plusieurs semaines de silence, les soutiens de Benoît Hamon lancent enfin leur campagne en Côte-d'Or ce jeudi soir. ? Dijon, la fédération organise le premier d'une trentaine de rendez-vous politiques en 10 jours sur tout le département. Entretien avec Léo Lachambre, responsable des jeunes Hamonistes en Côte-d'Or.

Annoncé à la traîne dans les sondages et peu en vue dans les médias par rapport aux candidats embourbés dans les affaires judiciaires (Fillon, Le Pen), Benoît Hamon tente tant bien que mal de faire entendre sa voix dans une campagne présidentielle décidément inédite.

Le vainqueur de la primaire de la gauche fin janvier va désormais pouvoir compter sur la mobilisation de la fédération socialiste de Côte-d'Or : après celui de ce jeudi 9 mars à 19h au Cellier de Clairvaux de Dijon, une trentaine de rendez-vous vont s'enchaîner en dix jours pour lancer officiellement la campagne locale de l'ancien frondeur socialiste.  « Il fallait vraiment marquer notre entrée en campagne avec des rendez-vous dans les principales villes du département », explique Léo Lachambre. 

Responsable des jeunes à la fédération de Côte-d'Or, il admet que la campagne a mis du temps à démarrer « il a fallu plusieurs semaines pour rassembler tous les socialistes autour du projet de Benoît Hamon, puis récupérer le matériel, etc...». La primaire a en effet laissé des traces, et les soutiens de la première heure de Benoît Hamon ont difficilement accepté de confier les rênes de la campagne à la fédération PS.

Désormais, il s'agit de s'adresser aux 17 000 votants du département à la Belle Alliance Populaire, et aux indécis : « La campagne actuelle est parasitée par les affaires judiciaires. Je laisse Fillon et Le Pen à la justice. On va se battre nous, car on parle quand même d'une élection pour le prochain président ! » poursuit Léo Lachambre.

Revenu universel pour tous, lutte contre les inégalités, les arguments pour convaincre « ne manque pas» selon le socialiste, qui rappelle le scénario de la primaire : « La dynamique du vainqueur de la primaire s'est faite dans les 15 derniers jours.  Je suis convaincu qu'il n'est pas trop tard, et que les 15 jours avant le vote seront tout aussi décisifs ».

 Yoann Olid

Podcasts