Bourgogne-Franche-Comté : le nouveau logo fait jaser

28 novembre 2016
Par 45
Le Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté a dévoilé la semaine dernière, en toute discrétion, son nouveau logo, dont la sobriété mais surtout le coût (18 000 ?) n'ont que très peu plu à une majorité d'administrés.

Le Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté a dévoilé la semaine dernière, en toute discrétion, son nouveau logo, dont la sobriété mais surtout le coût (18 000 ?) n'ont que très peu plu à une majorité d'administrés.

« 18 000 ? pour ça ? » « Donnez à ma fille quelques crayons, elle vous fait le même pour bien moins cher.»

En lisant les commentaires sur les pages Facebook de K6FM ou du Conseil Régional autour du nouveau logo, nul doute que ce dernier, présenté en fin de semaine dernière, n'a que très peu plu.

Le travail de l'agence D'Artagnan, publicitaire très connu en Franche-Comté, n'est-il pas apprécié à sa juste valeur ?

La région Bourgogne-Franche-Comté explique pourtant que le logo correspond bien au cahier des charges demandé : le nom des deux régions pour ne pas faire de jaloux, l'absence de frontières ou de cartographie pour symboliser une fusion totale, quatre traits jaunes pour les accents et  traits d'union de Bourgogne Franche-Comté, et enfin une couleur jaune pour rappeler les produits phares des deux régions (moutarde, comté, vin jaune...). 

Plus que ce choix de sobriété, il semble que ce soit le prix qui déplaise aux citoyens : 18 000 ? ont en effet été consacrés à la création de ce logo, qui sera suivi d'une campagne de communication sous l'égide du slogan « ? nous deux ! ».

Un rapprochement, qui sonne finalement plus comme un défi entre les élus régionaux et leurs administrés. Pire, les élus régionaux d'opposition eux-mêmes, comme François Sauvadet assurent n'en avoir connaissance que dans la presse. 

 Et le président du Conseil Départemental de la Côte-d'Or de fustiger lui aussi la création : « On en viendrait presque à regretter la version provisoire. Tant qu'à n'être le reflet d'aucune identité, au moins le logo provisoire avait de la couleur, un peu de vie et le mérite de n'avoir RIEN coûté. 18 000? pour une superposition de 4 mots, 4 tirets et... une tristesse sans nom ! C'est un scandale »

Sur Facebook, une page demande déjà l'abolition de ce logo et la recherche d'un nouveau.

Yoann Olid