Fermeture des gendarmeries de proximité : Cazeneuve répond à François Sauvadet

16 novembre 2016
Par 45
Le ministre de l'Intérieur a répondu le mois dernier dans une lettre à François Sauvadet, président du Conseil Départemental de la Côte-d'Or, qui avait alerté Bernard Cazeneuve en juin dernier sur la recrudescence d'actes de vandalisme suite à la fermeture de plusieurs casernes. Il rappelle que les effectifs sont toujours présents sur le territoire et que dans les chiffres, la délinquance baisse.

Le ministre de l'Intérieur a répondu le mois dernier dans une lettre à François Sauvadet, président du Conseil Départemental de la Côte-d'Or, qui avait alerté Bernard Cazeneuve en juin dernier sur la recrudescence d'actes de vandalisme suite à la fermeture de plusieurs casernes. Il rappelle que les effectifs sont toujours présents sur le territoire et que dans les chiffres, la délinquance baisse.

Il l'aura attendu plusieurs mois, mais nul doute que François Sauvadet ne doit pas être satisfait de la réponse de Bernard Cazeneuve à sa requête. En juin cette année, le président du Conseil Départemental s'était plaint auprès du ministre du manque de moyen de proximité pour lutter contre la délinquance sur le territoire côte-d'orien. En cause : la fermeture de cinq gendarmeries de proximité (Baigneux-les-Juifs, Grancey-le-Château, Laignes, Liernais et Fontaine-Française)

En réponse ce mercredi, l'élu côte-d'orien n'a reçu qu'un rappel de la nouvelle organisation :

« Les dissolutions des brigades territoriales intervenues le ier janvier 2016 s'inscrivaient dans cette perspective et ont entraîné une redistribution de leurs effectifs entre les différentes unités locales afin d'augmenter leur capacité de projection, leurs heures d'ouverture au public, ainsi que le nombre de patrouilles réalisées au profit de tous les habitants des circonscriptions.
Ainsi, les personnels des unités dissoutes ont-ils été maintenus dans leur communauté de brigades d'origine.» explique le ministre de l'Intérieur dans son courrier.

Il n'oublie pas non plus de montrer les résultats de cette nouvelle réorganisation: 

« En outre, il ressort des informations dont je dispose que les communes plus particulièrement concernées par cette réorganisation ont connu une baisse de la délinquance au premier semestre 2016 de l'ordre de 13% (en comparaison avec la même période en 2015). Les gendarmes locaux s'investissent ainsi sans compter pour faire face à tous les faits de délinquance et mettre un terme aux agissements inadmissibles que vous évoquez.»

Yoann Olid