Bourgogne-Franche-Comté : l'emploi dans les vignes garde le cap

16 novembre 2016
Par 45
Le secteur vini-viticole en Bourgogne-Franche-Comté se porte bien en terme d'emploi, selon une étude de l'INSEE diffusée cette semaine. L'institut explique que la professionnalisation et le salariat, au détriment du modèle familial, permet de soutenir l'activité et le bassin d'emploi.

Le secteur vini-viticole en Bourgogne-Franche-Comté se porte bien en terme d'emploi, selon une étude de l'INSEE diffusée cette semaine. L'institut explique que la professionnalisation et le salariat, au détriment du modèle familial, permet de soutenir l'activité et le bassin d'emploi.

Dans la nouvelle région, le secteur viti-vinicole a mieux résisté à la crise qu'ailleurs en France. Et c'est tant mieux, car la viticulture est une part non négligeable de l'activité économique du territoire, en particulier en ex-région Bourgogne.

Dans une étude sur le secteur diffusée ce mardi, l'INSEE démontre que de la fabrication à la commercialisation du vin, l'emploi dans la filière viticole a augmenté de 7 % entre 2011 et 2015 alors que dans les autres secteurs, à la même période, il avait baissé de 1 %.

Le bassin représente près de 30 000 emplois dans la filière viticole, répartis entre les salariés permanents, les saisonniers et les dirigeants d'entreprises.

De bons résultats notamment dûs à un passage précoce à un système en entreprise : dirigeant-salariés, qui oblige à professionnaliser la culture et le traitement du vin, mais aussi à délaisser la pratique "familiale".

Enfin, les vins de Bourgogne-Franche-Comté peuvent toujours compter sur leur réputation : ils se vendent toujours très bien à l'étranger et les exportations ont pris une part importante ces dernières années dans le maintien d'une activité correcte. 

Après les bons résultats concernant la qualité du millésime 2016 en Bourgogne (voir), c'est donc une autre bonne nouvelle pour la viticulture, qui semble résister aux intempéries météo comme économique.

Yoann Olid