Entretien avec Jean-Michel Aulas (OL) : « Un club de sport se gére comme une entreprise »

13 novembre 2016
Par 45
Invité en milieu de semaine à un colloque du CFA du Sport à St. Apollinaire, le président de club de football de l'Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas est aussi un homme d'affaire redoutable. Pour K6FM, il revient sur ce qui a fait le succès de sa société CEGID et de la gestion de son club de l'OL.

Invité en milieu de semaine à un colloque du CFA du Sport à St. Apollinaire, le président de club de football de l'Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas est aussi un homme d'affaire redoutable. Pour K6FM, il revient sur ce qui a fait le succès de sa société CEGID et de la gestion de son club de l'OL.

« Le monde du sport et de l'entreprise épousent  et demandent souvent des valeurs communes» expliquait Jean-Michel Aulas, mardi soir à Saint-Apollinaire. Invité dans le cadre d'un colloque à parler des "clés de la réussite" devant les acteurs sportifs et industriels de la région (voir article), le président de l'Olympique Lyonnais est un parfait exemple de cette "gestion" qui peut s'appliquer aux deux secteurs.

En effet, si sa carrière commence par l'entrepreneuriat et la création du Cegi (Centre d'études et de gestion par l'informatique)  à 19 ans, elle est aujourd'hui surtout marquée par son poste de président du club de football de l'Olympique Lyonnais depuis 1987. Entre temps, l'homme a connu une réussite presque insolente : la CEGID, spécialisée désormais dans les prologiciels de gestion et de comptabilité est capitalisée à 470 millions d'euros, et est présente dans plus de 70 pays à travers le monde. L'Olympique Lyonnais lui est passé des fonds de la D2 à la Ligue des Champions, et est désormais côté en bourse. Enfin, le nouveau stade du Parc OL, qui accueille 60 000 personnes depuis janvier 2016, a été construit avec 580 millions d'euros,  à 90% grâce à des fonds privés, une première en France.

Son premier conseil : se remettre souvent en question et à jour : « La première chose que je sais, c'est que je ne sais rien. Il faut garder ça à l'esprit. Le secteur du sport par exemple est en croissance, en évolution, on voit notamment l'importance d'Internet aujourd'hui. ?a offre de nouvelles perspectives, de nouveaux secteurs.»

Et "Aulas" comme l'appelle les fans de football rappeler le parallèle entre son club et son entreprise : « Les structures même des clubs sont des SASP maintenant,  en terme de responsabilités c'est donc la même chose. Et avec l'économie qui se développe autour du sport, les clubs deviennent des sociétés de plus en plus puissante.

Dernier élément indispensable pour le président Lyonnais : avoir la passion : « Il faut être rigoureux, mais quand on a la passion et tout à découvrir, ça marche souvent. Si on a l'envie, la technique, on a souvent des opportunités à saisir. Et saisir une opportunité , c'est ce qui fait réussir, il faut y aller.»

Sur les terres du Dijon Football Côte-d'Or, la réussite de Jean-Michel Aulas, de son entreprise et de son club a donc fait beaucoup d'envieux, avec lesquels il a partagé volontiers.


Heureusement, dans le sport, tout n'est pas qu'une question de gestion. Et le président lyonnais reconnait volontiers la qualité de jeu des joueurs du DFCO qui avaient battu son club en début de saison à Dijon. « Là aussi, il faut savoir se remettre en question souvent, et Dijon a été une des premières équipes à nous ouvrir les yeux sur nos lacunes. C'est aussi comme ça qu'on avance» sourit-il.

 

Yoann Olid

 

Podcasts