Alstom : Région BFC et ?tat au secours du site de Belfort

04 octobre 2016
Par 45
Une réunion regroupant les dirigeants d'Alstom et les élus nationaux et régionaux ce mardi matin a accouché d'un plan de sauvetage de l'usine franc-comtoise de Belfort : L'?tat va commander une vingtaine de TGV, la SNCF 30 locomotives pour relancer l'activité.

Une réunion regroupant les dirigeants d'Alstom et les élus nationaux et régionaux ce mardi matin a accouché d'un plan de sauvetage de l'usine franc-comtoise de Belfort : L'?tat va commander une vingtaine de TGV, la SNCF 20 locomotives pour relancer l'activité.

L'avenir du site Alstom de Belfort se jouait ce mardi matin autour du secrétaire d'?tat à l'Industrie, le bourguignon Christophe Siruge, des dirigeants du groupe Alstom et de la présidente de Bourgogne -Franche-Comté Marie-Guite Dufay, qui ont présenté aux représentants du personnel un plan pour maintenir l'activité sur place et éviter un transfert vers l'usine du Bas-Rhin (Reichshoffen)

Finalement, l'activité devrait être conserver grace à un effort de l'?tat et de la SNCF : 

  • - L'?tat s'est engagé à commander 15 TGV pour les lignes Intercités "Bordeaux-Marseille" et "Montpellier-Perpignan" pour un montant total d'environ 450 millions d'euros
  • - La SNCF va elle acheter 6 TGV pour la liaison à grande vitesse "Paris-Turin-Milan", un marché estimé à 200 millions d'euros + 20 locomotives diesel, des dépanneuses "destinées au secours des trains en panne".

En échange, Alstom s'est engagé à investir sur le site franc-comtois : 30 millions seront dédiés à la production d'une nouvelle locomotive hybride + 5 millions dédiés à la maintenance du site et 5 autres millions pour diversifier les activités de Belfort vers d'autres trains.

La région BFC n'est pas en reste avec près d'un million d'euros consacrés à "la diversification du site de production, en particulier pour permettre la montée en charge de l'activité de maintenance dont Belfort deviendra un centre européen de référence" .

« Ces perspectives tracent un avenir porteur de sens en matière de transition écologique  quelques mois après la COP 21 et doivent ouvrir la voie à la relance du fret ferroviaire dans notre pays », a précisé la présidente Marie-Guite Dufay.

Yoann Olid