Dijon : La hausse des impôts fait grincer des dents

14 septembre 2016
Par 45
La hausse de la taxe foncière à Dijon annoncée en mars dernier est devenue cette semaine une réalité sur les avis reçus par les propriétaires. Associations de consommateurs et élus de l'opposition en profite pour dénoncer un matraquage des contribuables qui a augmenté de près de 5%.

La hausse de la taxe foncière à Dijon annoncée en mars dernier est devenue cette semaine une réalité sur les avis reçus par les propriétaires. Associations de consommations et élus de l'opposition en profite pour dénoncer un matraquage des contribuables qui a augmenté de près de 5%.

Même si la pilule a commencé sa descente en mars dernier, elle a toujours du mal à passer. Ce qu'il faut digérer, c'est cette hausse des impôts locaux votée par le Conseil municipal de Dijon à la fin du mois de mars.

Une hausse alors "assumée" par le maire Dijonnais François Rebsamen (voir interview), mettant en avant la baisse des dotations de l'?tat aux collectivités et sa volonté de maintien de l'investissement pour justifier cette hausse de près de 5 %

Oubliée pendant l'été, la hausse revient sur le devant de la scène cette semaine, car les premiers avis de taxe foncière tombent dans les boîtes aux lettres dijonnaise.

L'association CLCV a aussitôt rappeler son opposition « nous ne pouvons que déplorer une nouvelle hausse des impôts pour les propriétaires déjà surtaxés, tout laisse à penser que la taxe d'habitation qui arrivera prochainement bénéficiera elle aussi d'une augmentation, les locataires du parc
privé et public eux aussi subiront de plein fouet ces augmentations et seront eux aussi une nouvelle fois pénalisés.  Nous demandons que soit pris en compte par l'ensemble des élus locaux les difficultés grandissantes des ménages qui doivent faire face aux dépenses liées au logement.»

Même son de cloche du côté de la droite dijonnaise, qui a tenu a rappelé par voix de presse qu'elle n'était en rien responsable de cette hausse : «  les élus d'opposition de la droite et du centre, à Dijon comme au Grand Dijon, se sont vivement opposés à ces augmentations lors de leur adoption en mars dernier. ? nos yeux, la baisse des dotations de l'Etat ne doit pas aboutir à augmenter les impôts locaux. Nous proposons de gérer autrement nos collectivités locales et de réduire plus fortement leurs dépenses de fonctionnement » ont ainsi réagi Laurent Bourguignat, Franck Ayache et consort...

Yoann Olid