Orvitis : «Faire évoluer notre patrimoine pour répondre aux nouveaux enjeux en Côte-d'Or»

06 juillet 2016
Par 45
? l'occasion de la sortie de son rapport d'activité 2015, l'opérateur de logements sociaux Orvitis en a profité pour aborder les évolutions sociales et les adaptations nécessaires dans ses logements. Le premier bailleur social du département se place en miroir de l'actuelle société.

? l'occasion de la sortie de son rapport d'activité 2015, l'opérateur de logements sociaux Orvitis en a profité pour aborder les évolutions sociales et les adaptations nécessaires dans ses logements. Le premier bailleur social du département se place en miroir de l'actuelle société.

Le président François Xavier Dugourd, également élu du département, est d'abord revenu sur l'importance d'Orvitis dans le paysage côte-d'orien. «Nous somme le premier bailleur social de Côte-d'Or, avec quelques 13 000 répartis sur 130 communes. Quand on pense logement social, on pense encore aux immeubles. Aujourd'hui, nous nous sommes développés.»

Pour illustrer son propos, le président mets en avant le vieillissement de la population, auquel il répond par la création de résidences séniors, dont 6 sont en projet sur l'agglo dijonnaise pour la fin de l'année 2016 (voir photo) : « Ce ne sont ni des maisons de retraites, ni des maisons individuelles. On assure aux résidents de l'intimité mais aussi la sécurité et le décloisonnement avec des pièces à vivre communes, des lumières pour s'orienter la nuit... etc... on dépasse bien souvent le cadre de l'habitat pur».


francois-xavier-dugourd-imgCar Orvitis y est un peu forcé : depuis les années 2010 et la crise financière, le bailleur a du faire face à de plus en plus de personnes en situation délicate. Une aubaine pour son activité, mais un reflet malheureux de la
situation économique. «C'est vrai que nous avons dans certains coins plus de demandes que d'offres. Les critères d'attribution de ses logements sociaux sont décidés à l'échelle nationale, mais on essaye d'apporter un soin particulier dans nos commissions locales à choisir les personnes les plus dans le besoin.» 

Lié au département jusqu'à dans son Conseil d'Administration (plusieurs élus départementaux comme F.X. Dugourd y siègent), Orvitis a pris de plus en plus sa mission sociale à coeur. C'est un des axes majeurs de développement annoncé : «On ne peut pas se contenter de faire du logement. On travaille de plus en plus en partenariat, avec les institutions comme les organismes privés pour faire des logements bien isolés, pour proposer des achats groupés de gaz et d'électricité, des services à domicile...»

Malgré la crise et la baisse des ressources des collectivités, le bailleur réussi à persister dans sa politique d'investissement, avec un budget alloué de près de 60 millions d'euros par an. «Si notre exercice est positif, on réinjecte en investissant» conclue le président.

Yoann Olid