Epagny : l'Etat recule sur l'installation des migrants

28 juin 2016
Par 45
L'?tat a rendu son avis dans le dossier de l'accueil d'une soixantaine de migrants dans le petit village côte-d'orien d'Epagny, auquel s'opposaient le maire et une poignée d'habitants. Si l'installation ne se fera pas, la possibilité de l'accueil de deux familles reste envisagée.

L'?tat a rendu son avis dans le dossier de l'accueil d'une soixantaine de migrants dans le petit village côte-d'orien d'Epagny, auquel s'opposaient le maire et une poignée d'habitants. Si l'installation ne se fera pas, la possibilité de l'accueil de deux familles reste envisagée.

La décision est tombée ce week-end, et est rappelée par le journal Le Bien Public en ce début de semaine : Epagny n'accueillera pas une soixantaine de migrants dans l'hôtel Clos de Combottes.

C'était pourtant une volonté entérinée de la préfecture et de la gérante de l'hôtel. Mais en face, le maire et une poignée d'habitant de ce petit village (à peine 300 âmes) s'était mobilisé depuis l'avancée du projet en avril dernier. (voir article)

Reçue à la préfecture au début du mois, l'opposition a finalement eu gain de cause. Ou presque, car si l'?tat se refuse à installer la soixantaine de migrants, quelques familles de migrants, deux à priori, pourraient quand même se voir accueillies dans des habitations.

En attendant, le projet de CADA (Centre d'Accueil de Demandeurs d'Asile) était la seule solution pour la gérante de l'hôtel pour garder à flot son établissement. Désormais, elle va licencier l'intégralité de son personnel.

Yoann Olid