Emprunts toxiques : la municipalité de Dijon veut en finir

23 mai 2016
Par 45
Le remboursement des emprunts toxiques contractés par la ville de Dijon en 2009 sera à l'ordre du jour du prochain conseil municipal ce lundi. Mais effacer ses prêts pourraient coûter plusieurs dizaines de millions d'euros d'indemnités à la municipalité. Le problème est donc épineux pour le maire François Rebsamen et ses contribuables dijonnais.

Le remboursement des emprunts toxiques contractés par la ville de Dijon en 2009 sera à l'ordre du jour du prochain conseil municipal ce lundi 23 mai. Mais effacer ses prêts pourraient coûter plusieurs dizaines de millions d'euros d'indemnités à la municipalité.

François Rebsamen veut donc s'attaquer à l'épineux problème des emprunts toxiques.

Contractés par la ville de Dijon en 2009 pour quelques 28 millions d'euros, ces emprunts à haut-risque indexés sur les cours de change planent comme une épée de Damoclès au dessus des finances de la municipalité.

S'ils font l'objet d'un procès depuis 2012 entre la Ville et Dexia, le remboursement anticipé de ces emprunts ne sera pas chose aisée. Le journal Le Bien Public prend l'exemple de la Métropole de Lyon, qui avait contractés des emprunts identiques pour 140 millions d'euros, et qui a déboursé plus de 150 millions d'euros d'indemnités (sur 275 millions au total). La métropole a en plus été bien aidée par le Fonds d'aide de l'Etat mis en place pour aider les collectivités à sortir de ces emprunts, qui a pris en charge le reste des indemnités.

Le calcul est donc rapide : Les indemnités pourraient coûter au moins plusieurs dizaines de millions d'euros aux contribuables dijonnais, malgré le fond d'aide de l'état.

Si la proposition de remboursement devrait plaire aussi à l'opposition au Conseil, qui la demande depuis plusieurs années, les débats de lundi promettent d'être animés.

Yoann Olid