Chevigny : Inauguration d'un village pour chauves souris

15 mai 2016
Par Franck Pelloux
Lancé par l'association « Un enfant peut sauver un arbre », un village pour protéger les chauve souris va voir le jour dans la forêt de Chevigny. Porté par 7 étudiants de la faculté de Dijon et 120 élèves de primaires et collèges de Chevigny, le projet verra officiellement le jour le samedi 28 mai 2016.

Lancé par l'association « Un enfant peut sauver un arbre » un village pour chauve souris va voir le jour dans la forêt de Chevigny. C'est un projet porté par 7 étudiants de la faculté de Dijon et 120 élèves primaires et collèges de Chevigny dont l'inauguration officielle aura lieu le samedi 28 mai 2016. Ce projet vise à démoustiquer naturellement en respectant la chaîne alimentaire. Des pouponnières ont déjà été créées par les enfants et permettront d'accueillir les chauves souris.

En collaboration avec 7 étudiants de la faculté de sciences et biologie de Dijon, l'académie des arts appliqués de Quetigny, la faculté Pierre et Marie Curie de Paris ainsi que le conservatoire de la petite faune en Bourgogne du parc du Morvan, 120 élèves de la villes de Chevigny Saint Sauveur et l'association « Un enfant peut sauver un arbre » lance ce projet de protection des chauve souris.

Avec la construction de pouponnières fabriquées en amont par les élèves, le but de ce projet est principalement de sensibiliser les enfants en revenant à des pratiques naturelles pour la protection de la nature en respectant la chaine alimentaire. Les chauves souris sont des mammifères qui mangent 1000 moustiques pas nuit, en les protégeant, les acteurs de ce projet vont démoustiquer de manière naturelle et éviter les pesticides.

Selon Annick Mathieu de l'association « Un enfant peut sauver un arbre » : « Le modernisme de notre société actuelle nous fait ignorer beaucoup de choses. Plutôt que de traiter avec des pesticides, on traite avec la nature. Ce refuge est un hôtel 3 étoiles pour permettre aux chauves souris de se regrouper avant l'hibernation. Nous n'avons pas chiffre précis concernant le recensement de ces mammifères sur Chevigny mais on espère que le projet va porter ses fruits ».

Chloé Thevenot