Des manifestants anti-loi El Khomri devant le tribunal de Dijon

04 mai 2016
Par 45
Des opposants à la loi El Khomri, impliqués dans les affrontements avec les forçes de l'ordre lors des déborbements du 31 mars dernier, sont jugés ce mercredi au tribunal de DIjon. Un collectif viendra les soutenir et dénoncer la représsion policière dont ils ont été victimes.

Des opposants à la loi El Khomri, impliqués dans les affrontements avec les forçes de l'ordre lors des déborbements du 31 mars dernier, sont jugés ce mercredi au tribunal de DIjon. Un collectif viendra les soutenir et dénoncer la représsion policière dont ils ont été victimes.

Alors que la loi travail est débattue depuis ce mardi à l'Assemblée Nationale, deux opposants dijonnais au projet se retrouvent devant le tribunal ce mercredi.

Selon nos informations, l'un deux appartiendrait à un syndicat étudiant, l'autre serait "sans étiquette". Mais les deux ont été arrêtés le 31 mars dernier, lors de la manifestation à Dijon contre la loi travail de la ministre Myriam El Khomri. Ils auraient été les auteurs de plusieurs jets de pierres et de pavets vers la police.

Elles seront présentées au juge d'application des peines ce matin et risque de l'amende jusqu'à de la prison ferme.

Un collectif de soutien a déjà annoncé une mobilisation devant la Cité judiciaire de Dijon pour dénoncer ces jugements. Yves Hollinger, du NPA 21, sera présent. Joint par téléphone, il demande la relaxe complète de toutes les personnes impliquées : « La répression policière sur ces manifestations était disproportionnée. Le Gouvernement refuse d'écouter la grogne contre sa loi, et envoie des CRS à proximité des manifestants excités, créeant des tensions et provoquant le conflit. Certains jeunes qui voulaient manifester de manière plus active en ont profité. Ce qui devrait être jugé, c'est la politique représsive » assure-t-il.

Yoann Olid