Hausse du taux d'impôts à Dijon : Rebsamen "assume" l'augmentation de 5%

22 mars 2016
Par 45
Le taux d'imposition à Dijon va augmenter cette année. Une hausse de 5% du taux des impôts fonciers et locaux a été votée ce lundi 21 lors d'un conseil municipal tendu. Une hausse "assumée" par le maire François Rebsamen face à la baisse des dotations de l'?tat et la politique soutenue par la Ville.

Le taux d'imposition à Dijon va augmenter cette année. Une hausse de 5% du taux des impôts fonciers et locaux a été votée ce lundi 21 lors d'un conseil municipal tendu. Une hausse "assumée" par le maire face à la baisse des dotations de l'?tat et la politique soutenue par la Ville.

«J'assume. C'est un choix politique qu'il n'est jamais facile de faire mais ne nous pouvions pas prévoir une telle baisse des dotations».

? l'heure de justifier la hausse du taux d'imposition votée ce lundi 21 mars par le conseil municipal de Dijon, le maire dijonnais François Rebsamen est resté droit dans ses bottes. Conscient de l'effort demandé aux Dijonnais, il assure avoir tout fait pour que la hausse des impôts soit la plus faible possible, alors que l'Etat a réduit la voilure des subventions aux collectivités :

«On a diminué au maximum les dépenses, avec un budget global de la ville en baisse de 8%. On fait des économies sur le service municipal, mais il faut garder une certaine qualité de service. La municipalité, c'est les cantines, les crèches... on ne peut pas supprimer ça» confie l'ancien ministre, dont le conseil a justement été perturbé hier par des manifestants, venus masqués et armés de pancartes contre la loi El Khomri et le travail le dimanche, pour dénoncer la politique «libérale» du premier édile.

Une fois le budget à l'ordre du jour, François Rebsamen a rappelé que «les donneurs de leçons de droite feraient mieux de se taire : Les propriétés bâtis ont subi 12 % de hausse il y a 3 ans». Critiqué sur les projets ambitieux sur lesquels la Ville est engagé (Cité de la Gastronomie, rénovation de la tribune Est du Stade Gaston-Gérard, travaux à La Vapeur), il a rappelé que ces chantiers créent des emplois et de l'activité, et que c'était le rôle de la Ville que de maintenir ses investissements en temps de crise.

Heureusement pour les Dijonnais, ce devrait-être la dernière hausse des années 2010. «Je ne voulais pas augmenter les impôts plus que l'inflation. Si je demande cet effort cette année, c'est pour compenser une forte baisse des subventions qui n'était pas prévue. J'espère ne plus avoir à le refaire jusqu'en 2020.» confiait le maire Dijonnais.

Concrètement, la hausse des impôts devrait représentée entre 3? et 10? par mois pour les Dijonnais en 2016. «Certaines villes ont demandé des efforts bien plus conséquents. Bordeaux a augmenté de 10 %, Toulouse de 15%» termine François Rebsamen.

Yoann Olid