Dijon : Danielle Juban répond aux accusations sur l'attractivité du centre-ville

12 mars 2016
Par 45
Dans un communiqué diffusé en fin de semaine, la déléguée à l'attractivité, au commerce et à l'artisanat de Dijon Danielle Juban réagit à la récente polémique sur l'attractivité du centre-ville de Dijon : Les élus assurent que les commerces restent attractifs, mais ils sont démentis par de récentes études chiffrées.

Dans un communiqué diffusé en fin de semaine, la déléguée à l'attractivité, au commerce et à l'artisanat de Dijon Danielle Juban réagit à la récente polémique sur l'attractivité du centre-ville de Dijon : Les élus assurent que les commerces restent attractifs, mais ils sont démentis par de récentes études chiffrées.

Accusée de nier la réalité, la déléguée à l'attractivité répond : « Je ne nie pas... le dynamisme du c?ur de ville !»

Danielle Juban s'appuie notamment sur  l'étude d'un organisme sérieux (Procos) publiée dans Le Monde, pour rappeler que le taux de vacance des locaux commerciaux de Dijon est parmi les plus faibles de France : «notre ville est la seule du Grand Est, avec Strasbourg, à tirer son épingle du jeu. L'enquête de la CCI Côte-d'Or révèle le poids grandissant des pôles commerciaux périphériques, où les surfaces de vente augmentent, entraînant une hausse mécanique des chiffres d'affaires. Mais elle révèle aussi que le commerce de centre-ville, lui, connaît une évolution fondamentale avec le développement des restaurants, des bars et des boutiques à caractère touristique»

Elle rappelle ensuite la vision de la majorité concernant l'accessibilité du centre-ville, suite notamment au dossier de la piétonisation. « Notre vision est celle d'un espace partagé entre piétons, transports en commun, vélos mais aussi voitures : nous proposons 7 288 places de stationnement en c?ur de ville ; l'inversion du sens de circulation rue Crébillon, parce que nous sommes à l'écoute, va faciliter l'accès aux commerces des rues Monge et Michelet et au parking Dauphine [...] La piétonisation des rues Charrue et Piron devrait produire les mêmes effets que rue des Godrans. Aux commerçants de capter et de fidéliser les chalands par une offre et un accueil adaptés aux besoins des consommateurs»

Y.O.