Hôpitaux : Le CHU de Dijon attire moins les jeunes internes

19 février 2016
Par 45
Dans le classement des CHU les plus prisés par les nouveaux internes, publié par le magazine des jeunes médecins What's up Doc, celui de Dijon descend de 3 places (à la 22e place) alors que Besançon le devance au classement des CHU français.

Dans le classement des CHU les plus prisés par les nouveaux internes, publié par le magazine des jeunes médecins What's up Doc, celui de Dijon descend de 3 places (à la 22e place) alors que Besançon le devance au classement des CHU français.

Ce classement est réalisé depuis 3 ans par le magazine en fonction des choix des nouveaux internes en médecine après les Epreuves Classantes Nationales (ECN).
En septembre 2015, 8 477 internes ont prononcé leurs v?ux d'affectation vers 30 spécialités différentes, et se sont répartis dans 28 CHU en France, en fonction de leur place dans le
classement national. Ce classement donne une idée des hôpitaux qui travaillent à une relève de qualité et ont une formation exigeante, selon les internes.

Les CHU situés dans les villes où il fait bon vivre et dirigés par une équipe dynamique trustent le haut du classement à l'image de Nantes, Lyon, Montpellier-Nîmes, Grenoble et Rennes, tandis que les gros CHU tels que Paris et Marseille sont boudés. 

Classement CHU 2013-2016Le CHU François Mitterrand de Dijon a lui perdu trois places dans le nouveau classement et s'est fait dépassé par Besançon qui se place à la 19e position.Une baisse dans le classement en partie liée à sa 23ème place en médecine générale, qui compte pour beaucoup dans le classement puisque choisie par près de la moitié des internes.

Lorsque l'on parcourt les tableaux dans le détail, on note que Dijon perd 4 places en endocrinologie-diabète-maladies métaboliques et en hématologie, une place en dermatologie et vénérologie où il est 23ème (Besançon fait lui une remontée en 12ème place) et pointe à la toute dernière place en gynécologie médicale (-4 places). Le CHU dijonnais parvient néanmoins à obtenir de bons classements : il est 7ème en oncologie (+15 places), 10ème en médecine nucléaire et
11ème en génétique médicale.

Yoann Olid