Santé : La société Crossject se développe à Dijon

11 février 2016
Par 45
La première pierre d'un nouveau complexe pour le laboratoire Crossject va être posé ce vendredi dans le parc Mazen-Sully à Dijon. La société poursuit son développement avec son produit phare : le système d'injection sans aiguille Zeneo©.

La première pierre d'un nouveau complexe pour le laboratoire Crossject va être posé ce vendredi dans le parc Mazen-Sully à Dijon. La société poursuit son développement avec son produit phare : le système d'injection sans aiguille Zeneo©.

Pour le fondateur du laboratoire Patrick Alexandre, c'est un pas de plus qui va être franchi vers une vraie assise de la société dans le paysage pharmaceutique et médicale. Dans quelques mois (fin 2016 selon les prévisions), ses nouveaux batîments de 1 800 m2 permettront de «recevoir nos collaborateurs dans de bonnes conditions, y dévelloper notre secteur Recherche et Développement qui nous permettra d'être à la pointe sur les nouveaux produits»

Une nouvelle construction imposante, à l'image du succès du laboratoire : une mise en bourse réussie, un système novateur qui permet d'injecter sans aiguille des traitements d'urgence ou chroniques et des ambitions aujourd'hui forte : «Notre système Zeneo devrait être commercialisé d'ici 2017, une fois les nouveaux locaux prévus pour fin 2016.» précise le président du directoire. Des emplois seront également à la clé : les locaux seront capables d'accueillir jusqu'à une quarantaine de personnes au quotidien. La société en emploie pour l'instant une vingtaine.

Crossject patrick AlexandreCette construction, dont la première pierre va être posée ce vendredi 12 février, va aussi voir le jour grace au soutien de la Ville de Dijon, par l'intermédiaire de la SEMAAD (Société d'Economie Mixte d'Aménagement de l'Agglomération Dijonnaise), qui y investit 3.8 millions d'euros et qui fera un effort sur le remboursement (échelonnement de 85% du coût total de l'opération de 12 mois à 36 mois après la livraison). Un fonctionnement qui permet «d'investir nos bénéfices, notamment boursiers, pour développer la recherche et non directement dans les locaux» confie Patrick Alexandre, dont les seringues sans injection seront rapidement déployés sur les premiers marchés : France, Inde et Chine.

Yoann Olid

Podcasts