Comment ont évolué les prix des carburants en 2021 dans la région ?

Cela ne vous aura pas échappé, le prix de l’essence est ce moment très élevé. L’INSEE de Bourgogne-Franche-Comté a publié un communiqué qui revient sur l’évolution des prix dans la région, mais aussi sur les disparités locales.

10 février 2022 à 12h00 par la rédaction

Les prix à la pompe ont fortement augmenté fin 2021 dans la région, comme ailleurs en France
Les prix à la pompe ont fortement augmenté fin 2021 dans la région, comme ailleurs en France
Crédit: Photo d’illustration K6FM

Ci-dessous, le communiqué de l’INSEE : 

En 2021, les carburants connaissent un fort renchérissement en Bourgogne-Franche-Comté, de l’ordre de 20 % sur l’année, sous l’effet de la montée du prix du baril de pétrole. Ils viennent grever le budget des ménages alors que la voiture est très utilisée pour les déplacements quotidiens. Constitués à près de 60 % de taxes en France, leurs prix sont élevés comparés à nos voisins européens. La région compte 613 stations-services. Globalement, les prix sont légèrement plus faibles dans l’urbain. Localement, les écarts peuvent être plus marqués. Dans les zones d’emploi de Montbéliard et Autun, ils sont inférieurs de 3 % en moyenne à ceux des zones d’Avallon et Châtillon-Montbard. Cela se traduit par une différence de 4 à 6 centimes au litre selon le carburant.  

La voiture est le mode de transport largement privilégié, en Bourgogne-Franche-Comté comme en France. Près de 80 % des actifs occupés de la région l’utilisent pour se rendre au travail. En outre, elle permet souvent d’accéder aux services et équipements en particulier ceux de la vie courante. L’utilisation de la voiture pèse dans le budget des ménages français qui consacrent en moyenne 11 % de leur revenu disponible aux transports individuels en 2017. Le poste carburant représente, à lui seul, 3,2 % de leur budget. Toutefois, cette moyenne masque des disparités. Ainsi, les ménages les moins aisés qui utilisent leur véhicule pour se rendre au travail sont particulièrement pénalisés. De surcroît, la France figure parmi les pays de la zone euro où les prix des carburants sont les plus élevés.  

Un renchérissement des prix des carburants en 2021

Les carburants sont taxés, à hauteur de 56 % pour le gazole par exemple. Leurs prix sont très volatils car ils subissent les fluctuations importantes du cours du baril de pétrole, soumis à la loi de l’offre et de la demande au niveau mondial. Ils atteignent des pics à chaque fois que le prix du baril est, lui-même, au plus haut.

En 2021, les prix des carburants augmentent en raison de la reprise de l’économie mondiale qui entraîne une forte augmentation de la demande à l’issue des restrictions engendrées par l’épidémie de la Covid-19. Entre le début et la fin d’année 2021, le prix du gazole augmente de 21 % en moyenne dans les stations-services de Bourgogne-Franche-Comté. Il est le carburant routier le plus vendu en France métropolitaine (77 % des volumes vendus en carburants routiers en 2019). Les augmentations de prix des supercarburants (SP98, SP95, E10) sont également soutenues, + 20 % puis viennent le superéthanol E85, + 7 % et le GPL, + 0,8 %. En détail, les prix à la pompe ont bondi au premier trimestre 2021. Par la suite, ils ont connu une relative stabilité jusqu’au début de l’été, puis sont repartis à la hausse à partir de la rentrée de septembre, à l’approche de la période hivernale. Ce renchérissement est plus important que celui de 2018, lors de la crise des gilets jaunes. 

Des prix très variables entre les 613 stations-services de la région

La Bourgogne-Franche-Comté compte 613 stations-services proposant au moins un des six types de carburant cités précédemment. Le gazole est proposé dans toutes les stations, le SP98 dans 80 %, l’E10 et le SP95 dans environ 60 %. Les autres carburants sont beaucoup moins vendus et moins fréquents dans les points de distribution. Ainsi, l’E85 est disponible dans 17 % des stations, le GPL seulement dans 11 %. Les stations-services sur autoroute pratiquent des prix plus élevés par rapport à celles implantées ailleurs.

En moyenne, les prix au litre des quatre principaux carburants sont 11 % plus élevés. Les distributeurs mettent en avant des coûts d’exploitation supérieurs des stations-services sur autoroute qui se répercuteraient ainsi sur les prix à la pompe. Elles sont ouvertes 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, engendrant des frais de personnel et d’entretien des locaux plus importants (sanitaires, boutiques). Cependant, les associations de consommateurs constatent que l’automobiliste ne peut pas toujours éviter les services sur autoroute, malgré des prix souvent plus élevés qu’ailleurs. Les 582 stations implantées hors autoroute pratiquent des prix généralement plus faibles mais assez différents. Du 1er janvier au 12 octobre 2021, les 10 % pratiquant les prix les plus bas sur le gazole le vendent au prix moyen de 1,37 euro le litre. À l’opposé, les 10 % les plus chères pour ce carburant le proposent en moyenne à 1,47 euro/litre, soit un différentiel de 7 %.

Cet écart, entre les stations proposant les prix plus élevés et celles pratiquant les tarifs les plus bas, est similaire pour l’E10, plus faible pour le SP95 (6 %) mais plus élevé pour le SP98 (9 %).

Les stations hors autoroute sont, pour près de 60 % d’entre elles, des stations de grandes surfaces. Ces dernières pratiquent des prix généralement plus homogènes et globalement 3 à 4 % plus faibles que les autres. Le carburant y est considéré comme un produit d’appel. Les autres types de points de distribution sont les stations des majors pétrolières et les « indépendantes » dans lesquelles les prix sont généralement plus élevés. Quel que soit le type de station-service, les carburants sont identiques et issus des mêmes procédés de raffinage. Cependant, les additifs peuvent s’avérer différents. Ils permettraient de supprimer les odeurs, la mousse et/ou d’empêcher les admissions de s’encrasser et de soutenir la longévité du moteur.