L’accessibilité à la pratique sportive « se détériore » selon les habitants de la région

Une étude publiée cette semaine indique que 52% des habitants de Bourgogne-Franche-Comté jugent que l’accès aux activités physiques près de chez eux se détériore.

6 mars 2022 à 7h00 par la rédaction

L’accessibilité à la pratique sportive « se détériore » selon les habitants de la région
L’accessibilité à la pratique sportive « se détériore » selon les habitants de la région
Crédit: Photo d’illustration K6FM

Alors que la campagne présidentielle est lancée, le sport est absent des débats et discussions. Face au défi de la sédentarisation et de l’inactivité, qui se sont accentuées après 2 ans de crise sanitaire, la Fédération Française leader en Sport Santé, au travers du Baromètre Sport-Santé réalisé avec l’institut IPSOS, pose un état des lieux de l’accessibilité à la pratique sportive dans les territoires.  Il en ressort que les habitants de la région Bourgogne-Franche-Comté sont, parmi toutes les régions interrogées, les plus nombreux à avoir le sentiment d’une situation qui s’est dégradée.

Des inégalités territoriales majeures dans l’accès à la pratique sportive

Si en début d’année, 36% des habitants de Bourgogne-Franche-Comté déclaraient vouloir pratiquer une activité physique ou sportive régulière, ils sont en revanche 52% à avoir un sentiment d’éloignement aux infrastructures sportives, le chiffre le plus important sur tout le territoire.

Un sentiment qui masque des disparités territoriales.

En zone rurale, ils ne sont que 45% à avoir le sentiment d’être proches d’infrastructures pour pratiquer une activité physique. En régions, ce sentiment d’éloignement est plus important dans en Bourgogne-Franche-Comté (52%), en Centre-Val de Loire (48%) et dans les Hauts-de-France (41%). Si la proximité avec des infrastructures sportives se révèle disparate dans les territoires, en Bourgogne-Franche-Comté, 52% des habitants ont le sentiment en revanche que cette accessibilité se détériore. Le chiffre le plus important sur tout le territoire. Au national, 41% des Français déclarent avoir le sentiment que l’accès aux activités physiques près de chez eux se détériore (soit + 16% comparé à 2018). Un constat largement partagé par plus d’un Français sur 2 (55%) vivant dans une commune rurale. 

Les habitants de Bourgogne-Franche-Comté en attente d’une plus forte implication des pouvoirs publics

S’ils reconnaissent que l’accessibilité à la pratique sportive dans les territoires à tendance à se détériorer, les Français expriment aussi le sentiment d’un manque d’implication des pouvoir publics dans le contexte actuel. Alors que la pandémie a aggravé la sédentarité et l’inactivité, les Français ont le sentiment que les pouvoirs publics ne se mobilisent pas :

33% des habitants de Bourgogne-Franche-Comté (vs 27% des Français) considèrent que là où ils habitent, les pouvoirs publics de leur ville en font moins qu’ailleurs pour l’accès aux activités physiques ou sportives,

39% des sondés vivant dans une commune rurale ont également ce sentiment ;

En régions, ce sont les habitants du Centre Val de Loire qui expriment le plus cette insatisfaction. Contrairement aux Bretons qui se déclarent plutôt satisfaits de l’action des pouvoirs publics pour l’accès aux activités physiques ou sportives.