Le don de moelle osseuse : comment ça se passe ?

L'Agence de la biomédecine a pour objectif de recruter plus de 1000 jeunes nouveaux donneurs de moelle osseuse dans la région Bourgogne-Franche-Comté. Ci-dessous le communiqué.

6 mai 2021 à 16h51 par Dimitri Coutand

CHU
Crédit: Archives K6FM

Depuis le 1er janvier 2021, toute nouvelle personne souhaitant s’inscrire comme donneur volontaire de moelle osseuse doit être âgée de 18 à 35 ans inclus : une modification majeure motivée par des raisons médicales et scientifiques.

Après la compatibilité HLA – profil génétique propre à chaque individu et déterminé notamment par ses origines géographiques, l’âge puis le sexe sont les critères les plus importants dans la sélection du donneur. En effet, les greffons de moelle osseuse prélevés sur des donneurs jeunes sont plus riches en cellules et permettent donc aux patients une prise de greffe plus rapide. Lorsqu’un choix est possible, les médecins greffeurs privilégient ainsi les jeunes donneurs hommes pour de meilleurs résultats.

Mais au fait, le don de moelle osseuse quèsaco ? Reprenons les bases !

La moelle osseuse, c’est quoi au juste et à quoi sert un don ? 

La moelle osseuse est responsable de la formation des cellules souches hématopoïétiques. En clair, ce sont celles qui produisent l’ensemble des cellules sanguines : globules rouges, globules blancs et plaquettes. La moelle osseuse est donc indispensable à la vie et son dysfonctionnement est à l’origine de maladies graves du sang, comme les leucémies. La leucémie est une maladie caractérisée par la production excessive de globules blancs anormaux. On parle alors de cancer du sang. C’est pour aider à guérir ce type de maladies qu’il est parfois nécessaire d’avoir recours à une greffe de moelle osseuse : elle peut en effet guérir 80% des maladies graves du sang.

Le don, ça fait mal ?

Halte aux idées reçues : la moelle osseuse n’a rien à voir avec la moelle épinière ! Le don n’est pas si difficile ni douloureux, il se fait à 80 % par prélèvement sanguin : le principe est le même qu’un don de sang, cela prend juste un peu plus de temps et il s’organise entre un et trois mois à l’avance !

Quand est-ce que l’on donne et à qui ?

Pour effectuer un don, il faut une compatibilité optimale entre le donneur et le patient. Leurs cartes d’identité génétique doivent être les plus proches possible. Si bien que la probabilité de trouver deux individus compatibles, en dehors de la fratrie, est faible. Mais c’est possible avec une grande diversité d’inscrits ! Un donneur peut donc être amené à donner des cellules de sa moelle osseuse à un malade, parfois même dans un autre pays ! Donc l’équation est simple : plus il y aura de volontaires différents sur le registre, plus les chances de trouver des donneurs compatibles augmenteront. Et plus ces donneurs compatibles seront jeunes, plus grandes seront les chances de guérir des malades !

Est-ce que tout le monde peut donner ?

Pour rejoindre le registre, il faut remplir 3 conditions :

• Être en parfaite santé

• Être âgé de 18 à 35 ans

• Répondre à un questionnaire médical et effectuer un prélèvement biologique (échantillon salivaire ou prise de sang lors de l’inscription définitive)

Certains profils sont plus recherchés, notamment les hommes : les cellules issues de leur moelle osseuse étant dépourvues des anticorps développés par les femmes à chacune de leur(s) grossesse(s), elles offrent une meilleure tolérance du greffon sur le plan immunologique chez les patients.

Comment rejoindre le registre ? 

Il suffit de vous rendre sur le site www.dondemoelleosseuse.fr et de répondre à quelques questions pour vérifier que son état de santé permet bien d’être donneur. L’inscription est validée après un test salivaire ou sanguin. Ensuite, ça y est, vous êtes officiellement donneur inscrit !