A Fontaine-lès-Dijon, l’association « c’est assez » se mobilise pour sauver des dauphins en captivité

L’association « c’est assez » se mobilise dans toute la France en faveur des dauphins. La fondatrice, Christine Grandjean, habite à Hauteville-lès-Dijon. Ci-dessous le communiqué.

16 février 2021 à 9h14 par la rédaction

K6 FM
Crédit: Facebook association � cest assez �

Le sanctuaire de vie marine de la mer Égée, sur l'île de Lipsi en Grèce, va bientôt voir le jour afin de fournir aux dauphins des différents delphinariums d'Europe, une lagune naturelle dans laquelle ils pourront prendre leur retraite après une vie de captivité. Le comportement sauvage sera encouragé pour enrichir et stimuler les animaux qui recevront les meilleurs soins possibles. Afin de financer la clinique vétérinaire, l'association C'est Assez ! a lancé un GoFundMe

Début 2021, C'est Assez ! a conclu un partenariat avec le sanctuaire de l'Archipelagos Institue of Marine Conservation localisé sur l'île de Lipsi en Grèce afin d'offrir une solution viable et durable aux dauphins qui ont vécu en captivité dans des structures touristiques peu adaptées à leurs conditions de vie.

Le sanctuaire prévoit d'ouvrir ses portes en 2021 et d'accueillir les premiers dauphins anciennement captifs aussi tôt que possible. Pour finaliser la clinique vétérinaire et acheter des équipements de soin, 100 000 € doivent être réunis. Ainsi, le sanctuaire pourra être opérationnel et accueillir les animaux sauvés de la captivité.

Lancé en 2019, le projet de sanctuaire de Lipsi a pour missions :

D'opérer la première clinique vétérinaire et le premier centre de réhabilitation pour la faune sauvage marine en difficulté (dauphins, tortues de mer, phoques, moines...) pour y être soignée et réhabilitée dans un environnement sain, éloigné des activités humaines nuisibles.

- Apporter une solution alternative pour les anciens dauphins captifs afin de leur offrir des soins de longue durée et un refuge jusqu'à la fin de leur vie.

- Promouvoir la conservation grâce à des techniques d'enrichissement de l'habitat en installant, entre autres, des récifs artificiels et en replantant des herbiers marins vulnérables.

Conçu de façon à être agrandi dans le futur, le sanctuaire compte sur le soutien du plus grand nombre pour pouvoir offrir une chance aux anciens captifs de couler une retraite heureuse dans les eaux claires de la Mer Égée. L'association a lancé un GoFundMe.