A.Kevorkian (Dijon Hockey Club) : « Nous sommes mieux armés pour la Ligue Magnus»

À l'aube d'une nouvelle saison en première division, devenue SaxoPrint Ligue Magnus, l'ancien hockeyeur et désormais manager général du Dijon Hockey Club Aram Kervorkian aborde tous les changements internes et externes au club avec sérénité. Selon lui, le DHC se prépare à vivre une nouvelle saison bien plus positive pour le hockey dijonnais.

24 juillet 2016 à 3h40 par 45

K6 FM

�? l'aube d'une nouvelle saison en première division, devenue SaxoPrint Ligue Magnus, l'ancien hockeyeur et désormais manager général du Dijon Hockey Club Aram Kervorkian aborde tous les changements internes et externes au club avec sérénité. Selon lui, le DHC se prépare à vivre une nouvelle saison bien plus positive pour le hockey dijonnais.

Tout a changé, ou presque, au Dijon Hockey Club. Depuis la fin de la saison 2015/2016, et cet épisode heureux du maintien dans l'élite du club dijonnais après une saison compliquée, l'entité sportive a vécu pas mal de boulversement : changement de président, nouvelle identité visuelle, création d'un poste de manager général, passages en société sportive, départs de plusieurs joueurs, arrivées de nouvelles recrues et d'un nouvel assistant.

Logo DHC 2016Tous ces changements « vont dans le bon sens» pour celui qui a troqué cette année les patins et le maillot des Ducs pour prendre la casquette de Manager Général : Aram Kervorkian. �? commencer par le changement visuel : « Nous avons troqué notre Bleu traditionnel pour les couleurs des Climats de Bourgogne. �?a nous représente plus. Nous gardons un côté et un nom historique, mais ça marque aussi une nouvelle dynamique, un renouveau.» 

Les nouvelles couleurs, les supporters des Ducs auront amplement le temps de les admirer, puisque la Ligue Magnus change de formule pour passer à 12 clubs, et 4 confrontations par adversaires en phase régulière, soit un minimum de 44 matchs. 

« C'est bien pour la visibilité du hockey français, on se rapproche des formules scandinaves» assure l'ancien attaquant des Ducs. « Les joueurs et les entraîneurs préfèrent également jouer plus et s'entraîner moins, ce n'est pas le même contexte. Et physiquement, nous sommes faits pour tenir. L'année dernière, avec les différentes coupes nationales, on était déjà à une quarantaine de matchs»

Le Dijon Hockey Club devra malgré tout éviter de reproduire les mêmes performances que la saison passée : Un recrutement bancal et un début de saison compliquée l'avait entraîné à jouer des Play-Down tendus et à mettre en péril son avenir en première division. 

« Cette année, on a recruté malin. On n'a pas plus d'argent, mais on l'utilise mieux. On pourra donc présenter une meilleure équipe, avec un mélange de jeunes Français prometteurs et de joueurs étrangers d'expérience» analyse le manager général. «On essayera de gagner tous les matchs, et de raisonnablement viser les Play-Off. Avant tout, il faudra faire plaisir au public de Trimolet »

La patinoire Trimolet de Dijon ne sera d'ailleurs pas la seule à accueillir les patineurs du DHC cette saison. Avec l'augmentation du nombre de matchs, et des plages horaires restreintes pour les autres sections, l'équipe pro a du se tourner vers la patinoire de Besançon, dans le Doubs, où elle délocalisera quelques matchs :

« Il était hors de question de dire aux gamins que leur entrainement est annulé parce qu'on joue sur la glace. On s'est donc tourné vers la patinoire la plus proche» confie Aram Kevorkian, qui n'exclue pas un rapprochement avec la ville franc-comtoise dans les prochaines années : « Avec la nouvelle région, c'est une possibilité. Besançon n'a pas de gros club, et tous les moyens sont bons pour amener à une structure plus conséquente. Mais on en est pas encore là.»

Pour l'heure, le Dijon Hockey Club peaufine son nouveau visage, et se prépare à vivre une nouvelle saison qu'il espère aboutie. « Le hockey se développe bien, en France, il doit en être de même à Dijon. On travaille pour en tout cas»  lâche l'ancien hockeyeur.

Yoann Olid