Annulation de la fête de l’agriculture : Les jeunes agriculteurs répondent à François Rebsamen

Suite au communiqué du Maire de Dijon ce matin, les jeunes agriculteurs de Côte-d’Or ont demandé un droit de réponse. Voici leur communiqué :

18 mai 2018 à 9h29 par Franck PELLOUX

K6 FM

Communiqué de presse : Droit de réponse à François Rebsamen

Le communiqué de presse publié hier, jeudi 17 mai, par François Rebsamen, maire de Dijon et président de Dijon Métropole, sur l'annulation de la Fête de l'agriculture interpelle. Autant par les contrevérités exposées par François Rebsamen que par le ton employé.

Voilà pourquoi nous ne pouvons faire autrement qu'y répondre. Point par point.

D'abord, le maire de Dijon affirme que nous avons fait le choix d'annuler la manifestation. C'est un fait. Nous assumons en effet notre volonté d'annuler cet événement festif prévu de longue date.

Organiser la fête de l'agriculture à Dijon se concevait à la seule condition qu'elle occupe un endroit central dans la ville. C'est pour cela que nous avions choisi, d'un commun accord avec les services de la municipalité dijonnaise, la Place Darcy et le jardin attenant. Au cœur de la ville, pour attirer un maximum de visiteurs. Décentraliser la manifestation sur le mail Delaborde n'avait plus aucun sens.

Ensuite, François Rebsamen affirme que nous nous serions rabattus sur Dijon faute d'autres candidats susceptibles d'accueillir les festivités. C'est vrai.

La crise agricole que nous traversons depuis des mois est tellement profonde que nous n'avions trouvé personne dans nos cantons pour organiser l'événement. Pourtant, nous n'avons pas voulu renoncer, persuadés que la Fête de l'agriculture est un rendez-vous majeur pour expliquer nos métiers, exposer nos produits et notre savoir-faire à tous les Côte-d'Oriens.

Dans ce contexte, le choix de Dijon était délibéré et assumé. Comme un symbole. La rencontre de la ruralité avec la ville. Un moyen d'amener la campagne dans la métropole. Une occasion pour les citadins dijonnais de découvrir le temps d'une journée les richesses agricoles de la Côte-d'Or. Il s'agissait également de répondre aux sollicitations de certains élus de la majorité dijonnaise, lesquels nous interpellaient régulièrement sur le retour de la "Ferme de JAnne" dans la cité des Ducs.

Enfin, nous n'avons jamais refusé le dialogue avec la municipalité. Mais pour dialoguer, il faut être au moins deux. Or, nous nous sommes retrouvés face à un mur. Dont acte.

Nous regrettons par ailleurs le ton employé par François Rebsamen dans son communiqué. Le maire de Dijon use de tous les poncifs et les clichés habituels pour dénigrer le monde rural et en donner une image négative.

Non, monsieur le maire, les agriculteurs et les habitants des zones rurales ne sont pas des rustres, bouseux et autres crasseux. Nous n'avions aucunement l'intention de "salir" votre belle Place Darcy et votre Jardin Darcy, "classés au Patrimoine de l'Unesco". Les agriculteurs et ceux qui résident dans les campagnes sont des gens propres et responsables. Nos zones rurales sont paisibles.

C'est vrai que les animaux sont susceptibles de faire des "saletés". Ça s'appelle la vie. Dans sa tour d'ivoire, monsieur Rebsamen n'est pas sans savoir qu'avant de finir dans son assiette, le steak de Charolais qu'il déguste au restaurant était un animal vivant. Qui paissait dans un pré et faisait des "saletés".

Alors bien sûr que nous aurions tout nettoyé et laissé le patrimoine dijonnais classé dans l'état où nous l'avions trouvé. Monsieur Rebsamen en a décidé autrement. Et privé les Dijonnais d'une belle rencontre avec le monde rural.