Beaune : « La Cité des Vins sera complémentaire de la Cité de la Gastronomie»

La Cité des Vins devrait voir le jour au début de l'année 2019 à Beaune. Pour le député maire Alain Suguenot, le concept de la Cité sera bien diffèrent de celui de la Cité de la Gastronomie de Dijon, mais une complémentarité est possible. La Cité des Vins permettra surtout de mettre en avant tous les vins de Bourgogne autour d'un pôle culturel.

8 juillet 2016 à 1h25 par 45

Logo local
Logo local
Crédit: Logo local

La Cité des Vins devrait voir le jour au début de l'année 2019 à Beaune. Pour le député maire Alain Suguenot, le concept de la Cité sera bien diffèrent de celui de la Cité de la Gastronomie de Dijon, mais une complémentarité est possible. La Cité des Vins permettra surtout de mettre en avant tous les vins de Bourgogne autour d'un pôle culturel.

« Le projet était dans les tuyaux bien longtemps », nous dit-on. La fameuse Cité des Vins, dont le projet a officiellement été présenté la semaine dernière à Beaune, serait née dans la tête des viticulteurs du BIVB (Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne). Un tout petit projet bien accéléré par la volonté d'inscrire les Climats de Bourgogne au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le dossier supposait alors la création d'un centre d'interprétation des Climats. Avec l'inscription à l'UNESCO validée en juillet 2015, collectivités beaunoises, BIVB et investisseurs privés ont eu le feu vert.

Résultat : un projet de Cité de 12 hectares, entre le centre-ville et l'autoroute de Beaune. En plus d'un centre d'interprétation et d'un pôle culturel dédiés à tous les vins de Bourgogne, la Cité accueillera aussi des hôtels, des restaurants et autres commerces pour un coût total estimé à plus de 40 millions d'euros, payé au 3/4 par le secteur privé.

cite des vins projet2« Beaune est déjà très attractive pour les touristes, on ne s'attend pas à doubler nos visiteurs, mais à mettre en avant toute la culture et l'histoire de tous les vins de Bourgogne » confirme Alain Suguenot, qui vise quand même 300 000 visiteurs annuels avec sa cité. Joint par téléphone, il n'enterre pas le projet de deux autres petites cités annexes qui seraient liées à la sienne, à Mâcon et dans le Chablis. «Le BIVB peut travailler sur ces cités filles pour mieux irriguer la Bourgogne. Nous, on doit rapidement construire notre centre pour respecter les engagements pris devant l'UNESCO. Et puis cela va créer plus de 300 emplois à Beaune.»

Si Dijon aura sa cité de la Gastronomie, Beaune aura sa cité des vins. Malgré les bruits qui courent, pas question pour Alain Suguenot de se faire la guerre et d'opposer les deux projets :  « Les deux projets sont complètements différents. Il y a un vrai projet urbain à Dijon. Nous, c'est en pleine nature, la valorisation de notre environnement. Pourtant, nous ne sommes pas très éloignés et nous travaillons déjà à une possible collaboration. Nous serons complémentaires. »

D'ici fin 2018 - début 2019, la Cité des Vins proposera des cours d'�?nologie, des expositions et des animations autour de la découverte du vin, et grâce à une tour de plusieurs dizaines de mètres, d'admirer un panorama des fameux Climats de Bourgogne désormais classés. 

Yoann Olid