Boycott du Conseil Régional par le FN : la majorité socialiste répond

En réponse au boycott par le FN de la session du Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté, délocalisée vendredi à Nevers, le président du groupe de la "Gauche Unie" rappelle les élus frontistes à leur engagement et explique pourquoi le conseil continuera de se délocaliser.

16 novembre 2016 à 8h29 par 45

Logo local
Logo local
Crédit: Logo local

En réponse au boycott par le FN de la session du Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté, délocalisée vendredi à Nevers, le président du groupe de la "Gauche Unie" rappelle les élus frontistes à leur engagement et explique pourquoi le conseil continuera de se délocaliser.

C'est le sénateur de Saône-et-Loire Jérôme Durain, Président du groupe "Notre Région d'Avance �?? La Gauche Unie" qui a donc répondu à l'absence programmée des élus régionaux du FN à la session prévue vendredi à Nevers (voir).

Le conseiller régionale socialiste a défendu la décision de la majorité et de sa président Marie-Guite Dufay dans un comuniqué : « Ce boycott n'est qu'un coup de communication. En effet, les 24 élus d'extrême-droite ont tous voté sans exception le rapport permettant la tenue de session dans d'autres communes en Bourgogne �?? Franche-Comté »

Il rappelle également que la a décision de « délocaliser » des sessions avait été proposée durant la campagne électorale des régionales par Marie-Guite Dufay, afin « de rapprocher les citoyens de cette institution trop peu connue.» 

Si l'absence du Front National ne devrait pas poser de problème de quorum, l'élu nivernais revient aussi sur l'autre argument du Front National : le coût de cette délocalisation.

«... évalué par le Front National à « plus de 100 000 �?� » [...] les prestations à la charge de la collectivité sont quasiment les mêmes que pour une session ordinaire à Dijon. Seul le remboursement forfaitaire de quelques nuitées d'hôtels pour des élus contraints de loger sur place est à comptabiliser. De plus, les lieux sont mis à disposition gracieusement par l'agglomération de Nevers. Nous sommes donc très loin des coûts volontairement exagérés agités par le Front National.»

Yoann Olid