Cirque : la troupe d'Alexis Gruss ramène sa magie à Dijon

Après "Pégase et Icare" l'an passé, l'historique famille du cirque français, la famille Gruss est de retour au Zénith de Dijon cette semaine avec " Quintessence", un nouveau spectacle alliant show équestre et acrobates. Entretien avec Alexis Gruss, dont le coeur ne bat que pour ses créations.

27 mars 2017 à 12h50 par 45

K6 FM

Après "Pégase et Icare" l'an passé, l'historique famille du cirque français, la famille Gruss est de retour au Zénith de Dijon cette semaine avec " Quintessence", un nouveau spectacle alliant show équestre et acrobates. Entretien avec Alexis Gruss, dont le coeur ne bat que pour ses créations.

«Notre passage à Dijon l'an passé nous reste encore en mémoire tellement on a été bien reçus » confie tout sourire le grand manitou, Alexis Gruss. Ce grand homme de cirque était déjà venu ravir les spectateurs du Zénith avec un spectacle alliant voltigeurs et show équestre l'an passé : Pégase et Icare.  Pour 2017, la famille Gruss et la compagnie des Farfadais sont à nouveau main dans la main pour ce qui sonnera comme « une suite à Pégase et Icare ». 

�? travers des productions toujours plus fournies, le grand-père de la famille Gruss continue à conter ses histoires et son amour de l'art : « On garde la mythologie comme fil conducteur, et on y greffe notre amour des chevaux et cette relation qu'on a maintenant avec la compagnie des voltigeurs. On retrouvera beaucoup de choses qui font le succès des productions Gruss, mais aussi de la nouveauté, comme la présence de 3 espaces scéniques, 3 tableaux dans lesquels des choses se passeront

Pour tenir le rythme d'un spectacle par an, il faut « aimer le travail, apprendre à créer» conseille Alexis Gruss, dont ce sera déjà la 43e création « L'art, c'est le travail effacé par le travail. Donc oui, il y a beaucoup de boulot pour faire ses spectacles, mais quand on le partage avec le public, tout s'évanouit et on est prêts à travailler à nouveau».

Malgré le succès de ses créations précédentes, Alexis assure « ignorer les clés du succès. Mais celles de l'échec, c'est d'essayer de plaire à tout le monde. Je crée comme je suis, et suis heureux de voir que cela plaît. Et avec mon fils et mes petits-fils aux commandes, la relève est assurée.»

Un orchestre de 12 musiciens, une chanteuse, 3 scènes, des dizaines de voltigeurs, autant de chevaux et de cavaliers : l'armée d'Alexis Gruss vient tirer un nouveau boulet de canon dans le Zénith dijonnais ce mardi et mercredi. Et comme toujours, le public sera heureux d'en être la cible.

Yoann Olid