Côte-d'Or : Les premiers migrants de Calais accueillis à Dijon et Athée

Ce mercredi, la Côte-d'Or a accueilli dans deux de ses centres d'accueil une soixantaine de migrants en provenance du camp démantelé de Calais. Une trentaine d'adultes se sont installés à Dijon, et des mineurs ont été pris en charge à Athée.

3 novembre 2016 à 6h07 par 45

Logo local
Logo local
Crédit: Logo local

Ce mercredi, la C�te-d'Or a accueilli dans deux de ses centres d'accueil une soixantaine de migrants en provenance du camp d�mantel� de Calais. Une trentaine d'adultes se sont install�s � Dijon, et des mineurs ont �t� pris en charge � Ath�e.

Le CAO (Camp d'Accueil et d'Orientation) de Dijon n'attendait plus qu'eux, apr�s avoir boucl� ses travaux. Ce mercredi 2 novembre dans l'apr�s-midi, trente migrants (18 hommes et 12 femmes) sont arriv�s en car depuis Paris. Ils se sont install�s dans les bugalows pr�vus � cet effet au 1 bis, rue des Creuzots. Sur place, la police a veil� � leur installation, le tout sous la gestion de l'association d'aide Coallia. Le camp dijonnais a une capacit� de 85 personnes et d'autres demandeurs d'asiles sont donc attendus dans les prochaines heures.

Dans le m�me temps, le camp d'Ath�e, dans le sud de la C�te-d'Or pr�s d'Auxonne, accueillait lui aussi ses premiers migrants : 30 migrants mineurs et non accompagn�s, accueillis dans le CAOMI c�te-d'orien (Centre d'Accueil et d'Orientation de Mineurs non accompagn�s). Ils avaient quitt� quelques heures plus t�t dans un bus le centre d'accueil provisoire (CAP), situ� en bordure du camp de Calais, accompagn�s de deux repr�sentants du Home Office, le minist�re de l'int�rieur britannique, et d'un interpr�te.
Les CAOMI sont des structures de mise � l'abri, d'une capacit� d'accueil de 20 � 50 places, qui accueillent les mineurs non accompagn�s pour une dur�e estim�e de 3 mois, avant qu'ils puissent �tre orient�s, soit vers le Royaume-Uni, soit vers le dispositif de protection de l'enfance de droit commun.

La pr�fecture du d�partement a notamment tenu � rappeler les prochaines �ch�ances pour les migrants adultes nouvellement arriv�s dans le CAO de Dijon : 

  • 1) Les centres d'accueil et d'orientation (CAO) permettent aux migrants de b�n�ficier d'un temps de r�pit, dans des conditions stables et rassurantes gr�ce � l'accompagnement de qualit� que leur offre un r�seau associatif local. Ils b�n�ficient �galement d'un suivi sanitaire et social, leur permettant de prendre la mesure de leur situation et de reconsid�rer leur projet d'immigration vers le Royaume-Uni.
  • Un CAO est en effet aussi un centre d'orientation, o� les migrants peuvent accomplir leurs d�marches administratives, s'ils souhaitent d�poser une demande d'asile.
  • 2) Lorsque celle-ci est enregistr�e, le migrant est alors dirig� vers le dispositif national d'accueil des demandeurs d'asile, le plus souvent vers un Centre d'accueil pour demandeurs d'asile (CADA). Les CADA disposent d'un encadrement qui accompagne la personne dans la constitution de sondossier de demande d'asile et qui lui permet d'acc�der aux soins et, pour ses enfants, � la scolarit�.
  • Le demandeur reste en CADA le temps de traitement de sa demande : actuellement, le d�lai d'instruction (en comptant l'�ventuel appel) est de 14 mois en moyenne. 40 000 places de CADA devraient exister fin 2017, soit un quasi-doublement en 5 ans. Les demandeurs ne pouvant �tre accueillis en CADA, faute de place, peuvent �tre orient�s vers l'accueil temporaire (6 000 places) ou l'h�bergement d'urgence pour demandeurs d'asile (bient�t 30
  • 000 places).
  • 3) Si le demandeur obtient l'asile, il devient alors un r�fugi� : c'est le cas de pr�s 36 % d'entre eux depuis d�but 2016. Il rel�ve alors du droit commun avec des droits et des devoirs sociaux et doit quitter le CADA sous trois mois. Pour accompagner les plus vuln�rables vers le logement, une plateforme nationale a �t� mise en place.
  • 4) Si le demandeur est d�bout�, il doit aussi partir du CADA, sous un mois. De plus, il se voit notifier une obligation de quitter le territoire fran�ais (OQTF). Il existe aussi des demandeurs plac�s en proc�dure dite "Dublin", � savoir des personnes qui rel�vent de la responsabilit� de l'Etat de l'Union europ�enne par lequel elles sont entr�es dans l'espace europ�en. Ces personnes doivent �tre dirig�es vers ce pays europ�en.

Yoann Olid