Dijon métropole accompagne près de 4 000 personnes dans le cadre du plan local pour l'insertion et l'emploi

Dijon métropole fait de l’inclusion et de l’emploi l’une de ses priorités. Orientation phare de son projet métropolitain, elle s’engage auprès des acteurs du territoire pour mener une politique globale contre le chômage et pour la création d’emplois, et permettre un développement économique harmonieux et solidaire.

10 décembre 2020 à 10h20 par la rédaction

K6 FM
Crédit: Photo dillustration K6FM

Cette démarche volontariste s’appuie notamment sur le plan local pour l’insertion et l’emploi (PLIE).

Ce dispositif, porté par la collectivité, est un outil partenarial d’accompagnement vers l’emploi de publics fragiles, en réponse aux besoins économiques du territoire. Océane CHARRET-GODARD, conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi, à l’insertion, à l’économie sociale et solidaire, présidente de Creativ’, dresse un bilan sur l’action et les résultats du PLIE pour la période 2015-2019.

Le PLIE a été créé en 1998 à l’initiative des communes de Dijon, Chenôve, Longvic, Quetigny et Talant dans le cadre de la loi relative à la lutte contre les exclusions. Son champ d’action a été élargi à toute la communauté d’agglomération en 2008. Doté d’un budget d’environ 1,2 M€, il est financé par le Fonds Social Européen (FSE), Dijon métropole, la Région Bourgogne-Franche-Comté, les communes de Dijon, Quetigny, Longvic, Chenôve, et le Département de la Côte-d’Or dans le cadre d’un protocole d’accord pluriannuel.

En lien avec les entreprises et les acteurs de l’emploi, de la formation et de l’insertion, le PLIE dont la gestion est confiée à l’association Creativ’, le cluster emploi-compétences du bassin dijonnais, met en œuvre des solutions personnalisées voire innovantes pour que les habitants de la métropole les plus éloignés de l’emploi retrouvent un travail et pour que les entreprises parviennent à recruter les profils dont elles ont besoin. Il est réservé aux personnes en difficulté et insuffisamment qualifiées : demandeurs d’emploi de longue durée, bénéficiaires du RSA, personnes connaissant des situations sociales complexes (personnes seules avec enfants), confrontées à des problématiques de mobilité et de logement, sous mandat de justice ou bien en situation de handicap. Le dispositif les accompagne dans leurs démarches et leur propose des offres d’emplois, la mise en relation avec des réseaux d’entreprises, des ateliers thématiques et une formation professionnelle. Ce suivi peut durer jusqu’à 30 mois. Depuis 2008, ce sont plus de 12 000 personnes qui ont été accompagnées en lien étroit avec Pôle emploi, la Mission locale, le Département, les communes et tous les partenaires du territoire.

« Le PLIE illustre la forte coopération entre les acteurs publics de la métropole au service de l’accès à la formation et à l’emploi des publics vulnérables. Cet outil d’accompagnement, encore méconnu, assure un rôle essentiel en matière de cohésion sociale sur le territoire. Il s’avère décisif pour les personnes les plus en difficulté et surtout plus que jamais nécessaire dans ce contexte de crise sanitaire, pour soutenir leur inclusion sociale et professionnelle » précise Océane CHARRET-GODARD, conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi, à l’insertion, à l’économie sociale et solidaire.

En lien avec les enjeux prioritaires et ciblés du territoire, Dijon métropole mobilise les compétences, les expertises et les moyens d’actions des différents acteurs. Une politique publique volontariste et coordonnée dont témoignent les bons résultats du PLIE. Ayant présenté le bilan de l’action et des résultats du protocole 2015-2019, l’élue conclut : « Le PLIE mis en place sur la métropole est une réussite et démontre que toute personne est employable dès lors que les conditions d’un accompagnement adapté sont proposées, avec en premier lieu un partenariat resserré entre les acteurs de l’emploi. Cet objectif est atteint sur le territoire métropolitain ».

Le PLIE en chiffres : bilan du protocole 2015 – 2019 :

3 907 personnes accompagnées

16 mois : la durée moyenne de l’accompagnement

65 % de Dijonnais

50 % de femmes

29 % de personnes domiciliées sur les quartiers prioritaires (Grésilles et Fontaine d’Ouche à Dijon / Le Mail à Chenôve / Le Belvédère à Talant / Le Bief du Moulin à Longvic)

77 % de personnes faiblement qualifiées (infra CAP / BEP)

46 % de ces personnes ont connu une sortie durable vers l’emploi ou la formation qualifiante.