Dijon : tensions autour d'un recours contre le dossier de la Cité de la Gastronomie

S'opposant par communiqués interposés, le maire de Dijon François Rebsamen et l'élu d'opposition au Conseil Municipal Emmanuel Bichot se sont déchirés ce jeudi sur le dossier de la Cité de la Gastronomie. Le premier dénonce un recours déposé par l'élu de droite qui retarde le dossier, le second y voit des manoeuvres politiques indignes et dénonce des pressions.

22 avril 2016 à 0h10 par 45

K6 FM

S'opposant par communiqués interposés, le maire de Dijon François Rebsamen et l'élu d'opposition au Conseil Municipal Emmanuel Bichot se sont déchirés ce jeudi sur le dossier de la Cité de la Gastronomie. Le premier dénonce un recours inutile déposé par l'élu de droite qui retarde le dossier, le second y voit des manoeuvres politiques indignes et dénonce des pressions.

Interrogé sur le futur du dossier de la Cité de la Gastronomie lors d'une réunion avec les chefs d'entreprises ce jeudi, le maire Dijonnais aurait relancé les hostilités entre lui et Emmanuel Bichot en assurant que le dossier était retardé par un recours de l'élu d'opposition.  Emmanuel Bichot avait en effet déposé le 25 mars dernier un recours devant le tribunal contre la procédure d'attribution du chantier : « Nous avons découvert au fil des mois que le projet, qui ne devait « pas coûter un euro au contribuable », allait finalement mobiliser près de 30 millions d'euros de fonds publics,[...] Dans ces conditions, au nom des contribuables de Dijon et du Grand Dijon, nous demandons depuis plus d'un an maintenant de recourir à une procédure de marché public » précise Emmanuel Bichot. 

François Rebsamen aurait alors appelé les chefs d'entreprise présents et désireux de voir le projet de la Cité avancer à se tourner vers l'élu d'opposition pour faire pression afin qu'il retire son recours.

«C'est une man�?uvre politique indigne pour se défausser de ses responsabilités et faire porter le chapeau à d'autres. François Rebsamen ne veut pas assumer le pilotage désastreux de ce projet, qui a déjà pris deux ans de retard et soulève encore de nombreuses questions non résolues.» répond l'élu de droite.

Face au bruit provoqué par cette affaire, le maire Dijonnais a tenté de clôre le débat en fin de soirée, en dénonçant à son tour dans un communiqué «l'esprit procédurier» de son opposant : « S'opposer en conseil municipal, faire des propositions alternatives, avoir des divergences politiques, oui. Mais l'esprit procédurier n'apporte rien, au contraire, il est une barrière au développement de notre ville.La Cité internationale de la gastronomie et du vin est aujourd'hui un projet phare de Dijon. Il représente 250 millions d'euros d'investissement dans l'économie locale »

L'élu d'opposition au Conseil Municipal a lui répondu qu'il n'était pas prêt à retirer son recours.

Yoann Olid