Du rugby pour lutter contre le cancer

Créée l’année dernière, l’association RUBieS à Dijon a constitué une équipe de « rugby toucher » avec des patientes atteintes d’un cancer. Une journée portes ouvertes est organisée samedi 18 mai à Saint-Apollinaire pour présenter cette pratique qui s’adapte à la santé des joueuses.

17 mai 2019 à 12h57 par Hugo Scherrer

K6 FM
L'�quipe f�minine des "RUBieS" (rugby toucher pour des femmes atteintes d'un cancer) organise ses po
Crédit: Association RUBieS

Appelez les l’équipe des « Guerrières » : bien décidées à lutter contre leur cancer, plusieurs femmes ont rejoint l’association RUBieS (Rugby Union Bien Être Santé) à Dijon qui leur permet de pratiquer le « rugby toucher », une activité adaptée à leur santé. « La particularité de cette pratique, c’est qu’il n’y a pas de plaquages ni mêlées. C’est un sport où il n’y a pas d’agressivité, pas de violence, et on adapte quelques règles par rapport à la maladie » explique la présidente de l’association, Pauline Roger.

Le rugby santé, ou rugby thérapeutique, est une discipline nouvelle que la FFR (Fédération Française de Rugby) a commencé à développer il y a trois ans, après avoir établi que l’activité avait des bénéfices multiples pour la santé : « Il y a un bienfait psychologique pour les patientes, le fait de sortir de leur isolement, de voir une équipe, d’échanger avec d’autres patientes… Il y a des bienfaits physiques aussi : pratiquer une activité physique améliore l’espérance de vie. Il y aurait jusqu’à 50% de mortalité en moins pour les patientes qui pratiquent une activité physique adaptée » énonce Pauline Roger. A l’heure actuelle, des associations sous l’appellation « RUBieS » ont été créées uniquement à Toulouse et Dijon.

Portes ouvertes de l’association ce samedi

Toulouse et Dijon, justement, se retrouveront ce samedi au stade Gilles Janin à Saint-Apollinaire dès 13h30 pour une journée portes ouvertes. Au programme, ateliers découverte du rugby toucher pour le grand public, conférence autour du sport et cancer, démonstration d’un match entre les équipes dijonnaise et toulousaine… et une troisième mi-temps (apéritif) à partir de 17h.

« Surtout, n’ayez pas du rugby avec les images qu’on voit à la télé, on vous propose de prendre soin de vous, et de la bonne humeur » assure Pauline Roger, désireuse de faire connaître la pratique au plus grand nombre.

Ecoutez ci-dessous l'interview de Pauline Roger, présidente de l'association RUBieS :