Eau potable : une cinquantaine de communes posent problème en Côte-d'Or (carte interactive)

L'association de consommateur UFC Que Choisir a publié ce jeudi une carte interactive sur  la qualité et la quantité de polluant de l'eau du robinet. Si 95% des communes de Côte-d'Or sont hors danger, certaines sont encore impropres à la consommation. L'association demande des actions concrètes.

26 janvier 2017 à 13h10 par 45

K6 FM

L'association de consommateur UFC Que Choisir a publié ce jeudi une carte interactive sur  la qualité et la quantité de polluant de l'eau du robinet. Si 95% des communes de Côte-d'Or sont hors danger, certaines sont encore impropres à la consommation. L'association demande des actions concrètes.

Aujourd'hui en Côte-d'Or, l'eau du robinet est encore impropre à la consommation dans certains villages. Pire, certains habitants ne sont pas avertis et la consomment, alors qu'elle dépasse dans 75% des analyses les taux de pollution autorisés dans les normes sanitaires.

Dans ces analyses, réalisées par l'Agence Régionale de Santé et que l'UFC Que Choisir a récupéré, on découvre des traces plus ou moins importantes de polluants (industriels ou domestiques), de bactéries liées à un problème de traitement, de ressources naturelles comme du fer, ou encore de substances issues des canalisations comme le zinc, le cuivre...

�? petite dose, ces composants ne sont pas dangereux. Mais plusieurs bassins de population dépassent parfois les limites concernant la présence de nitrates (26 communes concernées) ou en pesticides (22 réseaux non conformes). Celui de Mangy-Saint-Médard est un exemple flagrant. �? Dijon, c'est les traces de plomb dans l'eau qui inquiète.

Découvrir la carte

La situation est jugée d'autant plus préoccupante que les consommateurs payent une redevance de plus en plus cher pour faire traiter l'eau. « On est devenus des pollués payeurs» rouspète le responsable côte-d'orien Pierre Guille.

Si ce constat est heureusement exceptionnel sur le département, il pose question sur les réglementations et l'action de l'Agence Régionale de Santé. « Certains maires n'ont que faire de l'obligation d'avertir la population. Nous avons fait plusieurs mises en demeure. »

L'association demande donc à ce que l'�?tat se saisisse du dossier, taxe fortement les pollueurs notamment dans le milieu agricole et mette en place un véritable plan d'action pour aider les particuliers à faire rénover leur installation.

Yoann Olid