Fermeture des gendarmeries de proximité : Cazeneuve répond à François Sauvadet

Le ministre de l'Intérieur a répondu le mois dernier dans une lettre à François Sauvadet, président du Conseil Départemental de la Côte-d'Or, qui avait alerté Bernard Cazeneuve en juin dernier sur la recrudescence d'actes de vandalisme suite à la fermeture de plusieurs casernes. Il rappelle que les effectifs sont toujours présents sur le territoire et que dans les chiffres, la délinquance baisse.

16 novembre 2016 à 11h50 par 45

K6 FM

Le ministre de l'Int�rieur a r�pondu le mois dernier dans une lettre � Fran�ois Sauvadet, pr�sident du Conseil D�partemental de la C�te-d'Or, qui avait alert� Bernard Cazeneuve en juin dernier sur la recrudescence d'actes de vandalisme suite � la fermeture de plusieurs casernes. Il rappelle que les effectifs sont toujours pr�sents sur le territoire et que dans les chiffres, la d�linquance baisse.


Il l'aura attendu plusieurs mois, mais nul doute que Fran�ois Sauvadet ne doit pas �tre satisfait de la r�ponse de Bernard Cazeneuve � sa requ�te. En juin cette ann�e, le pr�sident du Conseil D�partemental s'�tait plaint aupr�s du ministre du manque de moyen de proximit� pour lutter contre la d�linquance sur le territoire c�te-d'orien. En cause : la fermeture de cinq gendarmeries de proximit� (Baigneux-les-Juifs, Grancey-le-Ch�teau, Laignes, Liernais et Fontaine-Fran�aise)


En r�ponse ce mercredi, l'�lu c�te-d'orien n'a re�u qu'un rappel de la nouvelle organisation :


� Les dissolutions des brigades territoriales intervenues le ier janvier 2016 s'inscrivaient dans cette perspective et ont entra�n� une redistribution de leurs effectifs entre les diff�rentes unit�s locales afin d'augmenter leur capacit� de projection, leurs heures d'ouverture au public, ainsi que le nombre de patrouilles r�alis�es au profit de tous les habitants des circonscriptions.
Ainsi, les personnels des unit�s dissoutes ont-ils �t� maintenus dans leur communaut� de brigades d'origine.� explique le ministre de l'Int�rieur dans son courrier.


Il n'oublie pas non plus de montrer les r�sultats de cette nouvelle r�organisation: 


� En outre, il ressort des informations dont je dispose que les communes plus particuli�rement concern�es par cette r�organisation ont connu une baisse de la d�linquance au premier semestre 2016 de l'ordre de 13% (en comparaison avec la m�me p�riode en 2015). Les gendarmes locaux s'investissent ainsi sans compter pour faire face � tous les faits de d�linquance et mettre un terme aux agissements inadmissibles que vous �voquez.



Yoann Olid