Football : Soirée cauchemar pour le DFCO battu par Bastia

Le DFCO a vécu une soirée cauchemar ce samedi. à€ la défaite 2-1 contre la lanterne rouge bastiaise à  Gaston-Gérard, il faut rajouter les victoires des autres concurrents directs. Dijon tombe à  la 19e place du classement, et la course au maintien est totalement relancée.

8 avril 2017 à 17h34 par 45

K6 FM

Le DFCO a vécu une soirée cauchemar ce samedi. �? la défaite 2-1 contre la lanterne rouge bastiaise à Gaston-Gérard, il faut rajouter les victoires des autres concurrents directs. Dijon tombe à la 19e place du classement, et la course au maintien est totalement relancée.

Cette 32e journée de championnat était pourtant marquée en rouge sur le calendrier du DFCO. Face à Bastia qui n'a plus gagné depuis décembre, et après de bonnes impressions sur la pelouse marseillaise, les Dijonnais se devaient de gagner pour distancer un concurrent direct au maintien et faire un pas vers leur survie. Le retour du buteur Loïs Diony, suspendu contre l'OM, devait y aider.

Appliqués, les Dijonnais dominent d'ailleurs la première mi-temps. Ils s'essayent d'abord à quelques frappes aux abords de la surface qui réchauffent les gants de Jean-Louis Leca. Mais Bastia joue aussi sa survie, et l'équipe corse ne manque pas l'occasion de le rappeler. Coulibaly devance Haddadi de quelques centimètres sur la première incursion des Bastiais et se retrouve seul pour centrer vers Crivelli. Le jeune attaquant devance Varrault et trompe Reynet (0-1, 17e).

Sonnée, Dijon met quelques minutes à avaler la pilule.  Les milieux Amalfitano et Sammaritano sonnent la révolte en se battant comme des chiens sur chaque ballon. Mais c'est un autre milieu, Pierre-Lees Melou, qui libère le stade à la 27e minute en reprenant parfaitement de la tête un centre de Fouad Chafik (1-1).
Avec chacune un but dans la musette, les deux équipes se neutralisent ensuite jusqu'à la mi-temps, malgré les tentatives d'un Sammaritano innarrêtable.

Dijon, sans réponse

Dijonnais et Bastiais s'observent de longues minutes au retour des vestiaires. La bataille du milieu de terrain est un peu plus équilibrée, les Dijonnais moins fringuants, et les Corses parviennent à mettre le pied sur le ballon. Leurs premières percées dans l'axe sont récompensées par un coup-franc. Malgré la distance (près de 30 mètres), la belle frappe du pied gauche d'Ngando trouve la transversale de Reynet. Abandonné par sa défense, le portier dijonnais ne s'est pas encore relevé quand Cahuzac vient tranquillement récupérer le ballon de la tête (1-2, 58e). Dans la foulée, les visiteurs veulent enfoncer le clou. C'est « sauve-qui-peut » dans la maison rouge, la fougue de Saint-Maximin pousse les Dijonnais encore amorphes du but encaissé dans leurs derniers retranchements. Les locaux se dégagent comme ils peuvent.

Une rencontre capitale est en train d'échapper à Olivier Dall'Oglio et à ses hommes. Le coach tente un électrochoc avec les entrées de Jérémie Bela, Marvin Martin et plus tard, Yohann Rivière. Sans grand succès. Dijon est plus timoré et manque de hargne face à des Bastiais plus guerriers. Le jeune Saint-Maximin continue à tester la vitesse des défenseurs et la vigilance de Reynet, alors que les attaquants dijonnais sont « mangés » sur les rares ballons envoyés dans la surface corse.

Sans réponse, le DFCO s'incline 1-2 et fait LA mauvaise opération du soir. Car Lorient et Nancy ont remporté leur 32e journée, et font retomber Dijon à la 19e place, à un point seulement de la lanterne rouge bastiaise, et à deux de Nancy, premier non-relégable.

Yoann Olid