Forte hausse de la fréquentation cet été dans les campings de la région selon l’INSEE

La fréquentation était quasi stable cet été dans les hôtels de Bourgogne-Franche-Comté mais en forte hausse dans les campings. C’est la principale information donnée ce jeudi par l’INSEE. Ci-dessous le communiqué.

28 novembre 2019 à 10h55 par la rédaction

K6 FM
Le camping du Lac de Panthier, en C�te d'Or
Crédit: Dronapex / Camping Lac de Panthier

Au cours de la saison d’été, d’avril à septembre, les campings et les hôtels de la région ont totalisé 7,4 millions de nuitées. Avec une hausse de 1,8 % par rapport à la saison précédente, la fréquentation progresse et retrouve son niveau de l’été 2017. Le nombre de nuitées des résidents augmente de 2,2 % et celui des nuitées des non-résidents de 1,4 %. En France métropolitaine, la fréquentation dans les hôtels et campings augmente de 2,1 %. La région se situe au 7e rang quant à l’évolution de ses nuitées, devant l’Île-de-France et les régions du Sud-Est, mais derrière la Bretagne, la Normandie et la Nouvelle-Aquitaine. Le beau temps généralisé et les périodes de fortes chaleurs ont pu défavoriser les régions méditerranéennes et pousser les touristes vers des destinations au climat plus tempéré. En Bourgogne-Franche-Comté, la fréquentation de l’hôtellerie de plein air progresse tandis que celle de l’hôtellerie classique est en légère baisse.

Hôtels : une fréquentation quasiment stable

Dans la région, les hôtels ont enregistré 4,3 millions de nuitées, soit sensiblement le même chiffre que la saison précédente. Les nuitées des résidents, qui représentent les deux tiers des nuitées, progressent de 0,4 % alors que celles des non-résidents diminuent de 1,6 %. Comme lors de chaque saison d’été, les résidents belges et allemands ont le plus séjourné dans les hôtels de la région. Leur fréquentation progresse respectivement de 0,9 % et de 0,6 %. Pour les résidents britanniques, la fréquentation est la plus faible de ces cinq dernières années ; elle baisse de 11,5 % par rapport à 2018. Les nuitées des résidents hollandais sont également en baisse avec - 5,1 %.

Les résidents chinois, en dépit d’une baisse de fréquentation de 2,5 %, totalisent 160 000 nuitées, plus que les Britanniques et autant que les Hollandais. La hausse des nuitées concerne la moitié des départements, surtout le Doubs et le Territoire de Belfort, respectivement + 0,8 % et + 1,2 %. Dans le Doubs, l’activité est soutenue par la progression de la clientèle non résidente. En revanche, la fréquentation est en repli dans la Haute-Saône et l’Yonne. Dans ce département, c’est la conséquence d’une baisse conjointe des clientèles résidente et non résidente.

Campings : forte hausse de la fréquentation

Avec près de 3,1 millions de nuitées dans les campings en Bourgogne-Franche-Comté, la fréquentation a progressé de 5 % grâce à la hausse conjuguée des clientèles résidente (+ 5,7 %) et non résidente (+ 4,2 %). Les emplacements locatifs connaissent une progression depuis plusieurs années. Les séjours y durent en moyenne deux fois plus longtemps que sur les emplacements nus. Les nuitées des principales clientèles non résidentes sont en augmentation, notamment les trois plus représentées, en provenance des Pays-Bas, d’Allemagne et de Belgique. La fréquentation suisse est à son plus haut niveau. À l’inverse, la fréquentation britannique, en hausse la saison précédente, est désormais en net repli. La fréquentation des établissements de plein air augmente dans tous les départements, excepté le Doubs. Dans ce département, la fréquentation est en baisse malgré une progression de la fréquentation des résidents. Dans le Jura qui offre la plus grande capacité de la région, le nombre de nuitées progresse de 2,9 %, porté par la clientèle résidente.

Communiqué de l’INSEE de Bourgogne-Franche-Comté