Inscription des Climats de Bourgogne à l'UNESCO : Quelles conséquences ?

Après l'inscription des Climats de Bourgogne au patrimoine mondial de l'UNESCO samedi 4 juillet, l'association des Climats travaille déjà à la suite : la mise en place des promesses faites à l'UNESCO. L'inscription pourrait avoir également des conséquences économiques importantes. Après l'inscription des Climats de Bourgogne au patrimoine mondial de l'UNESCO samedi 4 juillet, l'association des Climats travaille déjà à la suite : la mise en place des promesses faites à l'UNESCO. L'inscription pourrait avoir également des conséquences économiques importantes. Mais pour l'heure, l'euphorie est encore présente dans la voix de Guillaume Dangerville, le président délégué de l'association des climats de Bourgogne. "C'est formidable. C'est la fin d'un travail et d'une mobilisation de 9 ans, c'est énorme pour notre association et ceux qui l'ont soutenue". 9 ans en effet que l'association travaille à la mise en avant des qualités du patrimoine, de la vigne bourguignonne, et de "mise en conformité" des sites pour qu'ils collent au plus près aux exigences de l'UNESCO. Un travail qui s'est conclu ce week-end avec une inscription au patrimoine mondial. Une décision plus symbolique que "technique", mais qui va avoir un poids considérable sur l'image de la région. "L'inscription des climats de Bourgogne à l'UNESCO implique que ces sites n'appartiennent plus qu'aux bourguignons mais à l'ensemble de l'humanité, et qu'il lui incombe de le préserver et de le transmettre aux générations futures de la façon la plus preservée possible" assure Guillaume Dangerville. Pour se faire, l'UNESCO ne "débloque pas de fond, on est même naturellement dans une optique contraire à l'optique commercialle", mais apposera son oeil de protecteur et son label sur ce petit nouveau dans la liste des sites protégés. Les retombées économiques, même indirectes, seront quand même à souligner : En moyenne, un site qui devient classé voit sa fréquentation augmenter de 20 à 30 %, ce qui devrait booster les revenus de l'activité touristique. Un nouveau système de signalétique va progressivement être mis en place sur le territoire, et dans les guides touristiques mondiaux pour inciter les voyageurs à venir visiter ces vignes aujourd'hui protégées. Le prix des bouteilles de vins sera-t-il lui aussi à la hausse ? "Je ne pense pas" réponds le président de l'association. "c'est une reconnaissance de l'histoire de la Bourgogne. On y gagne en prestige, mais les producteurs ne devraient pas profiter de ce nouveau label pour faire grimper leur prix. En tout cas, on ne le souhaite pas. L'objectif n'était clairement pas commercial." Le label ne sera d'ailleurs pas apposé sur les bouteilles. Son utilisation est très réglementée, et il n'apparaîtra que sur quelques panneaux sur le territoire qui indiqueront physiquement le passage d'un site protégé à un site standard. Le travail ne fait  que commencer pour l'association des Climats de Bourgogne, et pour l'ensemble de l'humanité qui a donc maintenant pour mission de préserver son patrimoine viticole, en plein cœur de la Côte-d'Or. Yoann Olid

7 juillet 2015 à 0h39 par 45

K6 FM