La Bourgogne seulement 19e des régions où entreprendre selon Les Echos Start

Une étude publiée ce week-end sur le nouveau site Les Echos Start place la région Bourgogne dans les dernières régions françaises où il serait judicieux d'entreprendre. En cause selon les 20 000 entrepreneurs interrogés : la surabondance d'impôts et de réglementations dans la région.

4 octobre 2015 à 11h46 par 45

Logo local
Logo local
Crédit: Logo local

Une �tude publi�e ce week-end sur le nouveau site Les Echos Start place la r�gion Bourgogne dans les derni�res r�gions fran�aises o� il serait judicieux d'entreprendre.

Ce nouveau m�dia � destination des jeunes actifs a command� � l'entreprise StartOfService une �tude aupr�s de 20 000 entrepreneurs, qui ont pu noter  de A+ � F- les diff�rents crit�res qui facilite et incite l'installation d'entrepreneur sur le territoire.

Avec une note globale de C+, la r�gion bourguignonne ne devance que deux des 21 autres r�gions : le Limousin et le Languedoc-Roussillon avec un F. Ce r�sultat fait de la Bourgogne la 19e r�gion au classement national.

Tableau R�gions Entreprendre Les Echos Start 2015Si la s�curit� et la sant� propos�es pour les entreprises qui voudraient s'installer sont deux crit�res qui obtiennent un jugement tr�s positif (B+), la facilit� de recrutement et les r�glementations plombent le score de la Bourgogne (C).

l'�chelle d�partementale, il n'y a pas de meilleur �l�ve : la C�te-d'Or obtient une note dans la moyenne nationale (B-) avec les m�mes difficult�s que celles affich�es en Bourgogne : probl�me de recrutement et de r�glementation.

La note est la m�me pour  l'Yonne et la Ni�vre. Seule la Sa�ne-et-Loire, avec des r�glementations jug�es trop nombreuses, n'obtient qu'un C+.

En revanche, l'optimisme semble �tre de retour dans les rangs des entrepreneurs. L'�tude se conclue par  un rappel aux r�sultats pr�c�dents : "De mani�re g�n�rale, les notes sont meilleures que l'ann�e derni�re, signe que la confiance est de retour chez les patrons."

L'�tude en d�tail est � retrouver en cliquant ici.

Yoann Olid