La parité progresse dans les conseils municipaux de Bourgogne-Franche-Comté

A la veille de la journée internationale des droits des femmes, l’INSEE de Bourgogne-Franche-Comté nous a indiqué que 36 % des élus des conseils municipaux de la région étaient des femmes en 2018. Une part qui a progressé depuis les élections de 2008.

7 mars 2019 à 10h00 par la rédaction

K6 FM
Crédit: INSEE

La parité est presque atteinte dans les conseils des communes de 1 000 habitants et plus où la loi l’impose sur les listes. Ce n’est pas le cas pour les autres communes où 33 % de femmes siègent dans les conseils municipaux. Les élues sont plus jeunes que leurs homologues masculins. Il y a relativement peu de femmes à la tête des municipalités, moins d’un maire sur cinq, et en particulier dans les grandes communes.

Les lois en faveur de l’égalité hommes-femmes en politique ont été mises en place à partir des années 2000. Les règles de parité s’appliquent désormais dans les assemblées régionales, départementales, ainsi que dans les conseils municipaux des communes de 1 000 habitants et plus

Comme au niveau national, la parité est atteinte en Bourgogne-Franche-Comté dans tous les conseils départementaux, et près de l’être au Conseil régional où 47 % des élus sont des femmes. À l’Assemblée nationale et au Sénat, la parité est moins avancée : les femmes représentent 39 % des sénateurs et 32 % des députés de la région.

Moins de femmes dans les conseils municipaux de la région qu’au niveau national

En Bourgogne-Franche-Comté, la part des femmes élues dans les conseils municipaux est de 36 % en mars 2018 contre 32 % au scrutin de 2008. Elle est en progression de plus de 4 points sous l’impulsion de la loi qui impose, depuis 2014, l’alternance obligatoire d’un homme et d’une femme sur les listes proposées aux électeurs pour les 500 communes de 1 000 habitants et plus.

Si la féminisation progresse, elle demeure moins forte dans la région qu’au niveau national (40 %) ; elle est l'une des plus basses de France avec Grand-Est et la Corse. La parité est plus avancée dans les régions de l’Ouest et du Sud de la France. Ainsi, la Bretagne arrive en tête des régions métropolitaines avec près de 45 % de femmes dans les conseils municipaux.

En fait, la Bourgogne-Franche-Comté compte de nombreuses communes de moins de 1 000 habitants où la parité n’est donc pas imposée sur les listes : 77 % des élus municipaux y exercent leur mandat contre 56 % en France. De plus, dans ces petites communes, les conseils municipaux sont également un peu moins féminisés : ils comptent 33,2 % de femmes contre 34,5 % au plan national.

Les nouvelles conseillères sont plus jeunes que leurs homologues masculins

Au plan régional comme national, les élues sont souvent plus jeunes que leurs homologues masculins. Ainsi, dans la région, 55 % des femmes élues ont moins de 55 ans. À l’opposé, 52 % des hommes sont âgés de 55 ans ou plus. La proportion de femmes parmi les élus atteint son plus haut niveau entre 40 et 49 ans (figure 2) ; à partir de 50 ans, la part de femmes élues diminue, celle des hommes continue d’augmenter jusqu’à 70 ans. La tranche d’âge la plus nombreuse chez les femmes est celle des 45-49 ans tandis que chez les hommes, ce sont les 65-69 ans qui sont les plus présents. La féminisation des conseils municipaux des communes de moins de 1 000 habitants varie selon les départements (figure 3). C’est dans l’Yonne, la Nièvre, la Saône-et-Loire et le Territoire de Belfort que les conseils municipaux sont les plus féminisés avec plus de 36 % d’élues. En revanche, les conseillères municipales sont moins présentes dans les petites communes de Côte-d’Or, du Doubs, du Jura et de la Haute-Saône : moins de 33 % de femmes.

Communiqué de l’INSEE de Bourgogne-Franche-Comté