La réponse de la Mutualité Française Bourguignonne après les manifestations des EHPAD

Dans le cadre de la manifestation nationale du personnel des EHPAD qui avait lieu ce jeudi, vous avez pu entendre sur K6FM le témoignage d’une personne qui est aide-médico-psychologique à l'établissement de Selongey qui déplorait le manque de moyens et de personnels en dénonçant notamment la responsabilité de la Mutualité Française Bourguignonne. La direction de la mutualité, qui gère plusieurs établissements dont celui de Selongey, a tenu à apporter sa réponse suite à ce mouvement social. Voilà ci-dessous le communiqué que nous avons reçu.

16 mars 2018 à 9h50 par Fabrice Aubry

K6 FM

Comme le 30 janvier dernier, la Mutualité Française Bourguignonne - Services de Soins et d’Accompagnement Mutualistes soutient aujourd’hui le mouvement social national lancé par les organisations de salariés et les fédérations du secteur. Elle agit ainsi pour la dignité des personnes âgées et des professionnels en EHPAD et à domicile. Par ce communiqué, elle soutient et partage les préoccupations exprimées par les salariés, les familles et les résidents, et souhaite faire entendre sa voix en tant que gestionnaire d’établissements et de services.

 

La Mutualité Française Bourguignonne - SSAM gère 18 EHPAD, un service de soutien à domicile et un service de soins infirmiers à domicile sur trois départements (la Côte d’Or, la Nièvre, l’Yonne), ce qui représente 1218 places en établissements médicalisés et plus de 8000 personnes accompagnées chaque jour à domicile (1 million d’heures à domicile par an). Nos usagers sont accompagnés quotidiennement par 1855 personnels d’intervention en EHPAD, en service d’Aide à Domicile et Services de Soins Infirmiers à Domicile.

 

Par conséquent, elle est un observatoire de premier plan sur le territoire bourguignon pour l’analyse de la situation et les propositions de pistes pour l’améliorer.

Point de situation

Même si le plan Solidarité Grand Âge et la loi d’adaptation de la société au vieillissement ont représenté une amélioration de la situation, ils n’ont pas été à la mesure de l’enjeu du vieillissement. Aujourd’hui, le problème de financement de la perte d’autonomie n’est pas résolu : notre système en devient « maltraitant », vis à-vis des usagers et des salariés.

« Maltraitant » parce que les contraintes budgétaires dégradent de plus en plus les organigrammes et donc les conditions de travail et la qualité de l’accompagnement. « Maltraitant » parce que les mesures ne prennent pas suffisamment en compte l’évolution sociétale et le contexte économique:

- les profils des publics accompagnés ont fortement évolué : la forte dépendance des personnes (l’âge moyen de l’entrée en EHPAD est désormais au-dessus de 85 ans) a entraîné un changement de la charge et de la nature du travail.

- des postes ne sont pas pourvus malgré les besoins, car peu attractifs, tant en EHPAD qu’à domicile. - les taux d’arrêt de travail et d’inaptitude sont préoccupants (usure, pénibilité).

- le reste à charge pour les personnes et leur famille, selon les territoires, n’est pas maîtrisé. - les déserts de l’aide à domicile commencent à compléter les déserts médicaux alors que les besoins augmentent.

Notre positionnement

La Mutualité Française Bourguignonne - SSAM partage le positionnement de la Fédération Nationale de la Mutualité Française, et s’associe aux revendications de ses partenaires : les Fédérations UNA, ADMR, ADESSA, la FEHAP...

Alors que la MFB-SSAM s’engage depuis toujours à allier reste à charge maîtrisé et qualité de prise en charge, elle craint que les usagers, résidents et familles demeurent la seule variable d’ajustement du reste à charge.

La MFB-SSAM se fait le porte-parole auprès des pouvoirs publics et des autorités pour porter ces préoccupations et trouver des solutions, encore dernièrement auprès de la Ministre de la Santé Agnès BUZYN, lors des journées des Etats Généraux de la Santé à Nevers le 1er mars 2018.

Dès lors, il devient nécessaire, dès maintenant, de revenir sur la Réforme des établissements en matière d’allocation de moyens pour les soins (Aides-soignants, Infirmiers). Il devient urgent de mettre au rang des priorités la mise en oeuvre d’une politique nationale globale pour le respect et la dignité des personnes âgées, des familles et des professionnels qui les accompagnent.

 

Communiqué de la Mutualité Française Bourguignonne

 

Réécoutez Amelie Lebaube, aide-médico-psychologique à l'EHPAD (établissement pour personnes dépendantes) de Selongey.