la Semaine nationale du rein bat son plein en Bourgogne jusqu'à samedi

A l’occasion de la 13ème semaine nationale du rein qui se poursuit jusqu'à samedi, vous pouvez participer à des actions de dépistage et d’informations en Côte d'Or.

7 mars 2018 à 3h00 par Marylou Fossot

K6 FM

Depuis 1972, l’association France Rein représente les 80 000 personnes dialysées et greffées du rein que compte la France. Dans le but d’améliorer la qualité de vie et les soins des personnes souffrant d’insuffisance rénale, les actions que mènent l’association s’organisent à plusieurs niveaux. Elles permettent tout d’abord de prévenir l’évolution de la maladie rénale, en informant, en dépistant et en encourageant la recherche médicale. Mais également de soutenir les proches et d’améliorer la qualité de traitement des patients, en les aidant à construire leur projet de vie avec la maladie. La reconnaissance de cette maladie rénale est devenue au fil des ans, le cheval de bataille de France Rein. Un enjeu de santé publique majeur qu’il faut encourager à reconnaître.

« Le Rein et la santé de la femme », thématique phare de cette année

Alors qu’un français sur 10 est concerné par une maladie rénale, il est de plus en plus important de sensibiliser la population face à ces pathologies. Pour ce faire, France Rein organise la semaine nationale du Rein dont la thématique cette année, sera « Le Rein et la santé de la femme ». Un évènement qui propose des dépistages anonymes et gratuits sur tout le territoire français, des rencontres, mais aussi des colloques.

La Semaine Nationale du Rein reste l’occasion, pour les femmes comme pour les hommes, de se faire dépister et de vérifier le bon fonctionnement de leurs reins. En cas d’anomalie, ce dépistage peut permettre une prise en charge précoce.

Le dépistage peut sauver des vies

« La maladie rénale est dite « silencieuse » car elle ne se manifeste par aucun symptôme perceptible », explique l’association. Aujourd’hui en France, plus d’un tiers des personnes entrent en urgence en traitement de suppléance, greffe ou dialyse, car c’est à un stade généralement très avancé, que l’on se rend compte que la maladie s’est installée. Pour éviter d’aggraver la situation il est donc plus que jamais nécessaire, d’effectuer un dépistage précoce. Une prise en charge appropriée qui ralentira, voire stoppera, l’évolution vers une insuffisance rénale dite « terminale » (lorsque les reins ne fonctionnent plus du tout).

Pour consulter les dates et lieux de dépistage, rendez-vous sur le www.francerein.org