Actualités régionales

Laurence Roussel (Parti Animaliste) : "L'Europe bloque les avancées significatives du sort réservé aux animaux"

24 mai 2019 à 12h00 Par Hugo Scherrer
Laurence Roussel, correspondante du parti animaliste de Côte d'Or, a rappelé les grandes lignes de son parti pour les élections européennes de ce dimanche 26 mai..
Crédit photo : Hugo Scherrer

Laurence Roussel, correspondante du parti animaliste en Côte d’Or, organisait hier soir une réunion publique en vue des élections européennes. Voici trois points à retenir du programme de défense animale voulu par le parti :

L’élevage dans le collimateur du parti animaliste :

Le parti animaliste s’oppose à la pratique de l’élevage notamment dans les conditions actuelles, comme l’a rappelé Laurence Roussel : « Dans le milieu de l’élevage, l’urgence c’est de mettre un terme à toutes les pratiques particulièrement cruelles : castration à vif des porcelets, gavage des oies, broyage des poussins… Les subventions orientées essentiellement vers la pêche et l’élevage devraient être réorientées vers une agriculture plus végétale. On devrait encourager les professionnels du milieu de l’élevage à se reconvertir.

Vers l’abolition de traditions cruelles pour les animaux :

« Le parti animaliste veut mettre un terme à des traditions soi-disant culturelles comme la tauromachie, le gavage des oies ou la chasse à courre. Il souhaite interdire la détention d’animaux à des fins d’exhibition dans les zoos, les cirques » a indiqué Laurence Roussel. Ces pratiques sont jugées cruelles, entraînant des souffrances pour les animaux.

La question animale joue un rôle sur le respect de l’environnement, l’éducation et la sécurité : 

« Le parti animaliste est monothématique, il ne se positionne que sur des sujets en lien direct ou indirect avec les questions animales. Mais ces questions affectent de nombreuses thématiques de notre époque : on sait que l’élevage est l’une des principales causes de la pollution [il serait responsable d’environ 15% des émissions de gaz à effet de serre, NDLR]. Nous pouvons évoquer aussi les thèmes de l’éducation et de la sécurité : il y a un lien démontré entre les violences faites aux animaux et celles faites aux humains. Nous prenons le pari de prouver que l’avancée de la question animale sera salutaire pour les animaux mais aussi pour les humains et la planète. »

Retrouvez l'interview de Laurence Roussel en version audio ci-dessous :