Actualités régionales

Le coût de la rentrée étudiante à l’université de Bourgogne coûterait 2075 euros pour chaque étudiant

18 août 2020 à 14h15 Par la rédaction
Crédit photo : Photo d’illustration K6FM

Ce mardi, la FEBIA (Fédération Étudiante de Bourgogne Inter-Associative) publie pour sa première année l’indicateur du coût de la rentrée des étudiants de Bourgogne. Mis en place depuis 18 années consécutives, l’indicateur du coût de la rentrée a pour objectif de présenter l’ensemble des postes de dépense d’un étudiant de 20 ans en licence, non-boursier et décohabité en Bourgogne.

Un prix important, 2075,01 € pour la rentrée 2020, dont l’étudiant doit s’acquitter pour lancer ses études. Composé de frais de vie courante mensuels et de frais spécifiques ponctuels, l’indicateur du coût de la rentrée prend autant en compte le loyer que les frais pédagogiques.

Le premier constat que l’on peut en tirer, c’est l’inégale situation des étudiant·e·s selon leur ville d’études. Les écarts de prix sont importants, et le coût de la rentrée varie de quelques centaines d’euros selon la ville. Ces inégalités territoriales au sein même de la Bourgogne traduisent des réalités frappantes concernant les étudiant·e·s. D’abord, avec l’action du CROUS qui n’est pas uniformisée, comme à Nevers où le CROUS est très peu présent, ce qui a des conséquences sur les coûts associés notamment au logement. Du côté des transports, les prix des abonnements flambent et les réductions accordées aux étudiant·e·s ne sont pas suffisantes.

Les coûts mis en avant par l’indicateur révèle une précarité importante, avec des étudiant·e·s qui sautent des repas faute de moyens pour subvenir à leurs besoins principaux. Ils sont 21,5 % pendant le confinement selon notre enquête.

L’ensemble de ces coûts nécessite des mesures et la FEBIA propose ainsi :

Une linéarisation des bourses du CROUS pour les étudiant·e·s

Un élargissement des conditions d’accès pour les réductions pour les transports

Une harmonisation de l’action du CROUS sur la Bourgogne

Une revalorisation des aides accordées pour le paiement du loyer

L’expérimentation de la gratuité des transports pour les jeunes

La systématisation d’offres de proximité pour les trajets en train. 

Aussi, la FEBIA développe une action de lutte contre la précarité sur l’ensemble de la Bourgogne. Par la construction d’une AGORAé à Dijon et par la distribution de paniers de 1ère nécessité pour les étudiant·e·s des autres sites délocalisés. Mais lutter contre la précarité étudiante à un coût et nécessite un engagement politique fort de la part de tous les acteurs, pour permettre aux étudiant·e·s de vivre et étudier dans des conditions décentes.

 

2075,01 euros, c’est le prix que doit payer un·e étudiant·e à son arrivée à l’université de Bourgogne, quelque soit l’endroit où elle·il poursuit ses études. Un coût déjà exorbitant, qui est en pleine augmentation sur tous les territoires. En effet, c’est une augmentation unanime qui est observée pour l’année 2020, avec une hause d’en moyenne au niveau national1 ! Pour réaliser cette première estimation du coût de la rentrée pour un·e étudiant·e entrant à l’université de Bourgogne, les dépenses des étudiant·e·s ont été divisées en deux parties : les frais spécifiques de rentrée et les frais de vie courante.

Pour la rentrée 2020 - 2021, les frais de vie courante sont de 1037,86 euros. Ils sont mensuels. Ils comprennent les loyers, les repas (au restaurant universitaire ainsi que les courses alimentaires), des achats d’équipements divers, les loisirs, les transports ainsi que les abonnements téléphonie et internet. Ces frais sont propres à la Bourgogne. Les frais spécifiques de rentrée quant à eux s’élèvent à 1037,15 euros. Ils sont nationaux, et comprennent les frais de scolarité (CVEC et inscription universitaire), la complémentaire santé, les frais liés au logement (assurance et frais d’agence), ainsi que le matériel pédagogique.