Législatives : Un candidat de plus pour la 1ère circonscription de Côte-d'Or

L'élu Les Républicains de Dijon Emmanuel Bichot est le quatrième candidat de droite à briguer un mandat de député de la 1ère circonscription de Côte-d'Or. À l'image de F.X. Dugourd, il souhaite que les adhérents du parti puissent choisir un seul représentant.

14 décembre 2016 à 13h26 par 45

K6 FM

L'élu Les Républicains de Dijon Emmanuel Bichot est le quatrième candidat de droite à briguer un mandat de député de la 1ère circonscription de Côte-d'Or. �? l'image de F.X. Dugourd, il souhaite que les adhérents du parti puissent choisir un seul représentant.

C'est donc une circonscription très convoitée que cette 1ère circonscription de Côte-d'Or : Après la candidate investie par le parti Les Républicains Anne Erschens, d'autres candidats de la droite sont venus annoncer leur intention de se présenter également. En premier lieu François-Xavier Dugourd, élu du département qui souhaite la tenue d'une primaire locale pour décider du candidat légitime (voir). Mais aussi l'historique Bernard Depierre. Et cette semaine, c'est Emmanuel Bichot qui a annoncé qu'à son tour, il envisage de se présenter. Quatre candidats, et même cinq si on inclut l'UDI Ludovic Bonnot.

Cinq candidats de la droite et du centre dffèrents, c'est une dispersion des votes et une défaite assurée. Alors pour définir le candidat qui portera la voix de la droite sur cette circonscription, certains font fit de la décision de la commission d'investiture du parti et des rappels à l'ordre du président local, Rémi Delatte (voir).

Comme F.X. Dugourd, Emmanuel Bichot demande qu'on laisse choisir "les adhérents Républicains de la 1ère circonscription". Lui aussi caresse l'espoir d'être choisi : « Je pense être un candidat légitime car je suis un militant engagé dans cette circonscription. Je peux également m'appuyer sur mon travail au sein de l'opposition à Dijon et au Grand Dijon. Sans oublier qu'en 2015, lors des élections départementales, je me suis présenté sur le canton de Dijon II, celui d'Alain Millot et de Nathalie Koenders (PS). Et nous avions réalisé un très bon score. »

Yoann Olid