Les conseillers municipaux Identité Fénay s'opposent à l'urbanisation à marche forcée de leur commune

Mercredi 27 mai 2015, le Conseil municipal de Fénay était invité à se prononcer sur le PLU de la commune avant son transfert au Grand Dijon, qui a désormais la compétence urbanisme.

4 juin 2015 à 2h15 par Franck Pelloux

K6 FM

Mercredi 27 mai 2015, le Conseil municipal de Fénay était invité à se prononcer sur le PLU de la commune avant son transfert au Grand Dijon, qui a désormais la compétence urbanisme.


Axel Mouffron a dénoncé au nom des élus Identité Fénay les objectifs en contradiction avec la défense de la qualité de vie des hameaux : objectif de 2000 habitants à l'horizon 2025 (+25% de croissance), densité minimale de 30 logements par hectare, tandis que le même document évoque un rythme de construction important ces dernières années sur des terres parmi les plus riches du département�?� Il a regretté les contraintes imposées par les documents supracommununaux, qui contribuent à la disparition du cadre de vie préservé dont bénéficiaient les Fédinois jusqu'à présent, sans que ceux-ci n'aient leur mot à dire (à titre d'exemple, Fénay ne dispose que d'un seul siège au Grand Dijon).


Myriam PERNOT a pour sa part interrogé la majorité municipale sur les projets de développement de logements locatifs à loyers modérés mentionnés dans le PLU à hauteur de 50% de certains projets immobiliers, ainsi que sur la prise en compte de l'impact sur le paysage des futurs bâtiments. Le Maire et ses adjoints lui ont signifié qu'aucune HLM ne serait contruite sur la commune, et que les constructions ne dépasseraient pas 6 mètres de haut.


Les conseillers municipaux Identité Fénay ont rappelé leur opposition au principe de gestion du Grand Dijon, désormais Communauté Urbaine aux compétences très élargies. (Les élus du groupe s'étaient déjà opposés au passage en Communauté Urbaine le 4 septembre 2014).


Enfin, ils ont regretté l'absence d'opposition de la majorité municipale de Fénay à ce transfert, qui contribue à la disparition progressive des communes au profit des intercommunalités. Dans le même temps, ils ont appelé la majorité municipale à apporter son soutien à l'Association des Maires Ruraux, qui s'oppose à la disparition programmée de l'échelon municipal.


 


Communiqué de presse