Les départements de Bourgogne-Franche-Comté s'associent dans une nouvelle assemblée

La semaine dernière, le président du Conseil Départemental de la Côte-d'Or François Sauvadet et ses collègues des départements bourguigno-franc-comtois voisins se sont réunis pour créer une nouvelle assemblée de départements au sein de la nouvelle région.

3 octobre 2016 à 5h23 par 45

Logo local
Logo local
Crédit: Logo local

La semaine dernière, le président du Conseil Départemental de la Côte-d'Or François Sauvadet et ses collègues des départements bourguigno-franc-comtois voisins se sont réunis pour créer une nouvelle assemblée de départements au sein de la nouvelle région.

Cette "Assemblée des Départements de Bourgogne Franche-Comté" (ADBFC), qui a officiellement vu le jour le jeudi 29 septembre dernier, servira selon le président Sauvadet à : 

- être un espace de dialogue, de concertation et d'échanges de bonnes pratiques entre les départements lourdement pénalisés par la baisse de leurs ressources. «En effet, les Départements font aujourd'hui face à un redoutable effet ciseau : alors que les prestations sociales versées par les Conseils Départementaux ne cessent d'augmenter, nous devons faire face à une baisse historique des dotations de l'�?tat depuis 2012 (rien qu'en Côte-d'Or, 28 millions d'euros de dotations en moins en 2017).»

- d'autre part, être un outil de coordination des actions des Conseils Départementaux de Bourgogne Franche-Comté, à l'heure de l'application de la loi NOTRé, qui prévoit des transferts de compétences. « Nombre d'incertitudes planent aujourd'hui sur l'avenir de nos transports, de notre agriculture, de notre économie. On ignore si la Région gardera la gratuité des transports scolaires. S'agissant de l'agriculture, les Départements ont passé une convention provisoire avec la Région jusqu'en 2017 afin de sécuriser pour au moins quelques mois les dispositifs d'aides en cours. Mais nous sommes sous le règne d'un contrat précaire. Il y a une urgence économique au moment où notre région accuse un ralentissement sérieux. Les faillites s'enchaînent, des fermetures sont annoncées, le chômage ne baisse pas et les Départements se voient privés de leurs agences de développement économique.»

Ce nouveau conseil se réunira tous les deux mois et espèrent pouvoir peser de manière plus uniforme sur les débats, notamment régionaux.

Yoann Olid